Le conseiller spécial de Fadela Amara condamné pour escroquerie

— 

La secrétaire d'Etat à la politique de la Ville, Fadela Amara, s'est rendue en "copine" en fin de semaine à Dourdan (Essonne) à l'université d'automne de l'organisation Ni putes ni soumises (NPNS) qu'elle présidait avant d'entrer au gouvernement.
La secrétaire d'Etat à la politique de la Ville, Fadela Amara, s'est rendue en "copine" en fin de semaine à Dourdan (Essonne) à l'université d'automne de l'organisation Ni putes ni soumises (NPNS) qu'elle présidait avant d'entrer au gouvernement. — Vincent Nguyen AFP/archives

Décidément, ça ne va pas fort pour Fadela Amara, la secrétaire d'Etat chargée de la politique de la Ville. Alors que plusieurs comités locaux des «Ni Putes Ni Soumises» ont démissionné du mouvement, c'est maintenant son conseiller spécial qui a des ennuis judiciaires. Mohamed Abdi a été condamné définitivement par la Cour de cassation à la mi-octobre à 18 mois de prison dont douze avec sursis pour escroquerie à la formation.

L'arrêt, rendu le 17 octobre et révélé par «Le Parisien» mercredi, confirme une condamnation du secrétaire général de l'association Ni putes ni soumises par la cour d'appel de Lyon, remontant au 17 mai 2006.

Selon les deux arrêts que l'AFP a pu consulter, Mohamed Abdi est condamné pour avoir eu recours à de fausses attestations de présence et de fausses attestations de formation, entre 1994 et 1997, lorsqu'il s'occupait des ressources humaines de FBL services, une société de gardiennage du Puy-du-Dôme, dont le PDG Jean Bousige a également été condamné.