Dans les gares, hier, chacun cherchait sa stratégie

Philippe Blanc - ©2007 20 minutes

— 

Gare Saint-Lazare, hier, 17 h 47. La foule s'amasse devant les quais. Certains se mettent à courir dès l'affichage du train attendu, d'autres attendent résignés et la plupart prennent leur mal en patience. La gare est plongée dans un calme étonnant. Par groupes de quatre, les cheminots distribuent des tracts dans l'indifférence des usagers.

Dans le hall, les utilisateurs expliquent les différentes stratégies qu'ils comptent mettre en oeuvre face à la grève qui va débuter. D'abord, il y a les privilégiés. Ceux qui peuvent travailler à la maison, comme Thierry, 55 ans, commercial en informatique. Ensuite, on trouve des débrouillards qui, à l'instar de Céline, étudiante en art, vont « dormir chez des amis ». Quelques-uns vont utiliser leurs jours de RTT, comme Josiane, qui a pris trois jours parce qu'elle « travaille à Paris et vit près de Dieppe » (Seine-Maritime) et donc « ne peut faire autrement ».

Certains voyageurs sont pourtant résolus à affronter la grève. Francis, employé du privé, prendra le seul train disponible le lendemain matin et « si jamais la situation se complique », il utilisera sa moto. Quant aux fans du Vélib' parisien, ils craignent l'affluence et pensent à « réserver » leur deux-roues avec un cadenas cette nuit.

Sur www.20minutes.fr

Envoyez-nous vos photos, vos vidéos

et vos témoignages sur votre journée