L'attitude des différents acteurs peut faire basculer le conflit

S. C. - ©2007 20 minutes

— 

Durera ou durera pas ? Conflit long et difficile ou vite oublié ? Personne aujourd'hui ne se risque à prédire l'avenir du mouvement lancé hier soir. Trop d'interrogations demeurent.

· Les syndicats resteront-ils unis ? Six des sept fédérations syndicales de la SNCF participent à la grève lancée hier soir. Sur les vingt-trois organisations concernées par la grève des fonctionnaires du 20 novembre, vingt et une ont déposé un préavis. Un front syndical est donc constitué. S'il tient, la grève pourrait durer. Mais les divergences de vue sont parfois profondes entre les centrales. Le gouvernement ainsi que la SNCF tenteront d'en jouer pour les diviser.

· Le gouvernement lâchera-t-il du lest ? Nicolas Sarkozy et François Fillon adressent des signaux d'extrême fermeté aux centrales syndicales. Difficile d'imaginer un recul de leur part. Pourtant, Didier Le Reste, leader de la CGT-Cheminots, veut y croire. « La seule option de Nicolas Sarkozy, c'est la négociation. Il dit qu'il ne cède jamais, mais récemment on a bien vu qu'il savait donner satisfaction à certaines professions », souligne le syndicaliste dans une allusion au conflit des pêcheurs.

· La réforme restera-t-elle populaire ? Différents sondages indiquent que la refonte des régimes spéciaux est soutenue par une majorité de la population. Ce soutien semble appelé à durer, cette réforme comptant parmi les promesses qui ont fait élire Nicolas Sarkozy. Mais l'expérience du contrat premières embauches (CPE), lui aussi populaire lors de sa présentation, a montré que l'opinion peut se retourner contre le pouvoir quand un conflit s'enlise.

· Les étudiants s'en mêleront-ils ? Incontrôlable, un mouvement étudiant constitue une inconnue. Si de jeunes manifestants mettaient à exécution leur menace de bloquer des gares, la SNCF et les syndicats redoutent des incidents, voire des événements plus graves comme un accident sur une voie de chemin de fer. Un tel scénario rendrait difficile la suite du mouvement.