La journée de grève en direct, la situation à 22h10

HEURE PAR HEURE Suivez le mouvement social contre la réforme des réformes spéciaux...

20minutes.fr. avec tous nos bureaux de province et AFP

— 

Des affichettes contre la grève des transports en commun ont fleuri sur les vélib', le 14 novembre 2007 à Paris.
Des affichettes contre la grève des transports en commun ont fleuri sur les vélib', le 14 novembre 2007 à Paris. — REUTERS/Gonzalo Fuentes

Le point en temps réel sur le mouvement de mercredi.

- Pour suivre les négociations, cliquez ici
-Pour suivre l'état du trafic, cliquez ici


22h10: Xavier Bertrand accorde «un mois» aux syndicats et aux dirigeants des entreprises concernées pour négocier la réforme des régimes de retraite. Le ministre précise que «les textes réglementaires» de cette réforme «seront publiés» au terme de ce délai.

20h27
: Six syndicats de cheminots, CGT, CFDT, FO, CFTC, Unsa et Sud Rail annoncent «poursuivre la grève pour une nouvelle période de 24 heures».

20h17
: Nicolas Sarkozy estime que le conflit sur la réforme des régimes spéciaux des retraites «doit s'arrêter le plus vite possible» car «les conditions sont réunies» pour «des négociations d'entreprises et de branches».

19h46
: Le secrétaire général de la CFDT, François Chérèque, déclare sur France 3 avoir les éléments pour «suspendre la grève à la SNCF», après avoir reçu une «lettre de méthode» du ministre du Travail, Xavier Bertrand, sur les négociations de la réforme des régime spéciaux.

19h : La firme JC Decaux, qui gère les 1.015 stations de Vélib' à Paris, signale 117.000 locations. Lors de la grève du 18 octobre dernier, 135.000 locations avaient été enregistrées à la même heure.

18h37 :
50.000 personnes ont manifesté en France mercredi, dans le cadre des mouvements sociaux de protestation, notamment contre la réforme des retraites des régimes spéciaux, et celle des universités, selon la police.

18h37
: Un TGV assurant la liaison Toulouse-Paris a été bloqué pendant plus d'une heure à la gare de Toulouse-Matabiau par des agents de conduite de la SNCF en grève. Cette action spontanée a pris fin au bout d'une heure quarante, sans intervention de la police, a indiqué Yves Valette, responsable Sud rail.

19h24
: L'appel à la grève a été «très suivi» par les personnels techniques de la Comédie-Française (salle Richelieu). La participation à ce mouvement social a été «proche» de celle constatée le 18 octobre. La représentation de «Pedro et le Commandeur» de Lope de Vega prévue mercredi soir salle Richelieu dans la mise en scène d'Omar Porras a été annulée. «Les Précieuses ridicules» de Molière et «Les Sincères» de Marivaux ont été en revanche maintenues dans les deux autres salles de l'institution, respectivement le Théâtre du Vieux-Colombier et le Studio-Théâtre, dont les personnels ne bénéficient pas d'un régime spécial de retraite.

19h16
: L'appel à la grève a été «bien suivi» par les techniciens de l'Opéra national de Paris, mais «pas chez les artistes», indique la direction, qui craint une nouvelle annulation de spectacle vendredi. Le mouvement a été cependant de moindre envergure que le 18 octobre, où environ 50% du personnel de la maison était en grève.

19h08
: Le terminal méthanier du Tonkin à Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône) est à l'arrêt en raison de la grève. Les agents ont reconduit le mouvement de grève jusqu'à vendredi matin, a déclaré le représentant de la CGT, Redda Saker en précisant qu' «il y a un navire sur rade, mais pas de navire à quai et pas d'entreprise sur le site».

18h56
: Six étudiantes qui avaient retardé des trains en occupant des voies mardi à Rouen ont été convoquées mercredi pour le 26 février devant le tribunal correctionnel pour répondre «d'entrave à la circulation d'un véhicule de chemin de fer».

18h40
: Un
peu plus de six Français sur dix (61%) ne sont «pas solidaires avec les grévistes» du 14 novembre «car ils défendent leurs propres intérêts», selon un sondage IFOP. 38% se disent au contraire «solidaires des grévistes car ils défendent les intérêts de tous les salariés», indique ce même sondage. 1% ne se prononcent pas.

18h30
: Le trafic sera très probablement encore perturbé pour le week-end du vendredi 16, samedi 17 et dimanche 18 novembre, prévoit la direction de la SNCF. Les capacités des trains seront renforcées sur tous les trains de grandes lignes mais le trafic ne sera pas revenu à la normale. La SNCF recommande à tous les voyageurs qui le peuvent de reporter leurs déplacements.

18h08
: La CFDT RATP appelle les agents à «reprendre le travail» jeudi, alors que la CGT RATP déclare «s'inscrire dans la durée», tout en se déclarant satisfait de la proposition de Bernard Thibault, secrétaire général de la CGT, d'organiser une négociation tripartite par régime spécial.

17h38
: François Hollande estime que le gouvernement et Nicolas Sarkozy ont été obligés de reculer sur la réforme des régimes spéciaux de retraite. «Il a fallu attendre que les Français souffrent dans leurs conditions de transports pour que l'Etat daigne dire qu'il serait présent dans des réunions dans chacune des entreprises. On n'aurait pas pu y penser plus tôt ? Je demande au président de la République, au gouvernement, de ne pas perdre une minute de plus et d'ouvrir la négociation de manière à ce qu'on sorte de ce conflit dignement avec une réforme qui sera consentie».

17h22
: La grève à EDF et GDF a mobilisé respectivement 36,7% et 37,4% des agents, soit moins que le 18 octobre (52% et 53,3%). La CFDT, la CFTC et la CFE-CGC de l'énergie ont refusé de poursuivre la grève au-delà de mercredi, alors que l'Unsa et Sud-énergie, non représentatives, se sont prononcées pour un mouvement reconductible.

16h50
: Plusieurs milliers de personnes, 25.000 selon les organisateurs, qui manifestent à Paris, arrivent au terme de leur défilé, peu avant 17h.


16h24 : Le trafic SNCF restera «très perturbé» jeudi mais enregistrera quelques «améliorations», indique la SNCF. Le détail ici.

16h20 : Le directeur général exécutif de la SNCF, Guillaume Pépy, indique que trois syndicats (CFDT, CFE-CGC et CFTC) ont des «contacts de plus en plus fréquents» avec la direction concernant la réforme du régime spécial de retraite des cheminots. «Nous les avons rencontré, ça a bougé et ça va bouger dans les heures qui viennent».

16h14 :
Environ 1.600 personnes, essentiellement des cheminots, des employés d'EDF et GDF et des étudiants, selon la police, 3.200 selon la CGT, ont manifesté mercredi à Lille pour défendre les régimes spéciaux de retraite et contre la loi sur l'autonomie des universités.

16h10
: Après les AG successives, les cheminots de la région Midi-Pyrénées reconduisent le mouvement de grève. Selon la directions ils étaient 61,5% de grévistes mercredi.

16h06
: La direction de la SNCF annonce que la grève était suivie mercredi à 11h par «61,5%» des agents, contre 73,5% à la même heure le 18 octobre. Contrairement au 18 octobre, la Fgaac (conducteurs autonomes), 2ème syndicat chez les conducteurs SNCF après la CGT, n'appelait pas à la grève ce mercredi. «Pour la direction de l'entreprise, cette réduction de 12% (comparé au 18 octobre) s'explique en particulier par les propositions concrètes de négociation présentées par la présidente de la SNCF aux organisations syndicales, puis à l'ensemble des cheminots et par le protocole d'accord pour les conducteurs signé avec la Fgaac» affirme le communiqué de la SNCF.

15h40: Henri Emmanuelli
, député PS des Landes, participe à la manifestation des quelques miliers de cheminots, à Paris. «Je suis solidaire des gens qui défendent leur pouvoir d’achat, explique-t-il. Aucune catégorie sociale n’accepterait cela. L’Etat a donné 15 milliards d’euros pour les plus favorisés. On commence par les plus nantis au lieu des plus modeste.»

>> Retrouvez notre blog «Galères de grèves»

15h31:
La grève reconductible à la RATP contre la réforme des régimes spéciaux de retraite, à l'appel de six des huit syndicats, était suivie à 44% contre 58% le 18 octobre, a annoncé la direction en début d'après-midi.

15h28: François Fillon
, a appelé, à l'Assemblée, à mettre fin à la grève pour la défense des régimes spéciaux, affirmant en particulier que ce conflit «n'aboutira pas».

15h17:
Le PCF a jugé mercredi dans un communiqué que la «forte mobilisation des salariés contraint le gouvernement à engager une réelle négociation» sur la réforme des régimes spéciaux de retraite.
Pour le Parti communiste, les «premiers bilans montrent que les mots d'ordres de grève à la SNCF, EDF et RATP sont très massivement suivis» et «le mouvement est extrêmement large, massif et unitaire».

15h10:
Environ 2.200 cheminots, employés d'EDF et GDF et étudiants, selon la police, 2.500 selon la CGT, ont manifesté mercredi à Rennes pour défendre les régimes spéciaux de retraite et contre la loi sur l'autonomie des universités.

15h:
Hasard du calendrier, c'est en pleine grève des transports que l'Eurostar a pris un nouveau départ, mercredi à Londres, dans sa nouvelle gare futuriste de St-Pancras International.

Le premier Eurostar commercial, à destination de Bruxelles, a quitté son nouveau terminal londonien peu après 13h, sous les applaudissements des nombreux curieux. D'autres trains au départ ou en provenance de Bruxelles et Paris ont suivi quelques minutes plus tard, alors qu'une trentaine de musiciens assuraient l'ambiance musicale.

St Pancras, monument historique victorien d'acier et de briques au charme préservé, a ouvert ses portes au public à 11h, au lendemain de la fermeture du terminal de Waterloo International qui abritait les opérations depuis les débuts du train en 1994.

14h50:
A Paris, les manifestants sont peu nombreux mais déterminés. «Il faut négocier sur l'ensemble du dispositif général, affirme Didier Le Reste, de la CGT, qui aurait «aimé voir des pancartes sur la réalité des salaires dans le cortège».

14h45:
La présidente du Medef, Laurence Parisot, qualifie le mouvement de grève contre la réforme des régimes spéciaux de retraite de «ringardise». «Quelle galère, (...) comme c'est pénible, comme c'est difficile, comme c'est gênant vis-à-vis du reste du monde», a-t-elle déclaré sur Europe 1.

14h40:
Le secrétaire général de la CGT-cheminots, Didier Le Reste, a indiqué à l'AFP que la CGT avait «proposé une position unitaire» aux autres syndicats de cheminots et que «le mouvement (de grève,ndlr) était reconduit demain» (jeudi) à la SNCF.

14h30: La manifestation lilloise vient de démarrer depuis la Porte de Paris. «Ils sont deux fois moins nombreux que le 18 octobre», estime un observateur. Si les salariés d'EDF ouvrent la marche à grands renforts de voitures bleues, les étudiants - près d'un millier - sont aussi très présents. «On est avec eux, justifie Virginie de l'université de Lille-I. Et surtout, on est contre la politique du gouvernement».

14h20: A Toulouse
, la manifestation a réuni 2.500 personnes selon la police et 5.000 selon les organisateurs. Dans le cortège était présent les intermittents du spectacle, la DDE, EDF-GDF, les cheminots, les traminots, étudiants et personnels des universités. Les revendications sont diverses: retrait de la loi Pécresse, régimes spéciaux de retraites, politique de gestion de l'entreprise à la SNCF. Une délégation a été reçue à 12h30 à la préfecture devant laquelle les manifestants ont pique-niqué, selon notre journaliste sur place.

Le métro fonctionnent normalement, le réseau de bus a été légèrement perturbé. La circulation est fluide.

14h15:
En Allemagne aussi, les cheminots sont en grève.

14h05:
Plusieurs milliers de manifestants (1.100 selon la police), issus de la SNCF et d'EDF-GDF, ont défilé dans les rues de pour réclamer le maintien de leurs régimes spéciaux de retraite, selon l'AFP.

14h01:
Le président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale, Jean-Marc Ayrault, souhaite que «les offres de négociation faites par les syndicats» dans le conflit sur les régimes spéciaux de retraite «soient entendues» par le gouvernement. «Personne ne veut le blocage du pays», a-t-il dit devant l'association de la presse parlementaire.

14h:
A Lille, Christian Vanneste, député (CNI-UMP), a failli être privé de chauffage. Les salariés d'EDF ont renoncé ce matin à couper le courant de sa demeure. «Ça aurait plongé tout le quartier dans le noir», confie le délégué CGT pour Lille-Métropole. Les syndicats se sont rabattus sur l'hôtel des impôts de Wattrelos, la mairie de Roubaix et le radar automatique de la Voie Rapide Urbaine à l'entrée de Lille. Sans grand succès: les automobilistes roulaient, ce matin, au ralenti à cet endroit.

13h53:
La Cour européenne des Droits de l'Homme a déclaré cet été «licite» la grève de la gratuité et «la balle est maintenant dans le camp du gouvernement», a estimé mercredi Jean-Claude Delarue, président de la fédération d'usagers des services publics FUT-SP.

«En faisant circuler les trains ou les métros sans que les gens paient, il est possible de faire une grève qui ne gène pas les usagers mais l'entreprise», a-t-il indiqué sur Europe 1, soulignant qu'il revenait au gouvernement «d'entériner» la décision européenne et de la rendre «légale».

13h48
: «Ça avance», a lancé le Premier ministre François Fillon à la presse après une réunion sur la situation sociale avec Nicolas Sarkozy.

13h37: Entre 2.700, selon la police, et 5.000 personnes, d'après une estimation des organisateurs, manifestaient mercredi à Toulouse, pour la défense des régimes spéciaux de retraite, selon l'AFP.

13h31: Le président Nicolas Sarkozy a demandé mercredi à Xavier Bertrand d'envoyer dans les prochaines heures «une lettre de proposition de méthode» aux syndicats pour trouver «une issue» au conflit sur la réforme des régimes spéciaux, a annoncé le porte-parole de l'Elysée David Martinon.

13h25: Les dépassements des horaires de travail des taxis parisiens sont tolérés mercredi en raison de la grève des transports publics, a-t-on appris auprès des artisans taxis et de la préfecture de police. Les 15.600 taxis parisiens «ont obtenu la dérogation de pouvoir étendre leur temps de travail», a indiqué à l'AFP une porte-parole de la fédération nationale des artisans taxis (FNAT).

13h24: Le gouvernement a déjà «fait sa part» du chemin de la négociation sur la réforme des régimes de retraite spéciaux, a déclaré la responsable de la protection sociale de la CFE-CGC, Danièle Karniewicz, après un entretien avec Xavier Bertrand. «La partie ministère a été faite clairement, cela a déjà conduit à assouplir le calendrier de montée en charge de la réforme», a-t-elle dit.

13h12: Les cheminots du dépôt de Sotteville-lès-Rouen (Seine-Maritime) ont voté mercredi la reconduite jeudi de la grève pour défendre des régimes spéciaux de retraite, a-t-on appris de source syndicale.

13h: Entre 700 et 1.000 cheminots, électriciens, gaziers et étudiants ont manifesté mercredi matin dans les rues de Perpignan contre la remise en cause des régimes spéciaux de retraite et la loi d'autonomie des universités.

12h59 : Nicolas Sarkozy a demandé à Xavier Bertrand d'envoyer dans les prochaines heures «une lettre de proposition de méthode» aux syndicats pour trouver «une issue» au conflit social en cours, a annoncé David Martinon, porte-parole de l'Elysée.

12h45:
Le ministre du Travail, Xavier Bertrand, est attendu à l'Elysée. Il doit rendre compte à Nicolas Sarkozy et François Fillon de l'état des discussions engagées avec les syndicats sur la réforme des régimes spéciaux.

12h40: L'appel à la grève contre la réforme des régimes spéciaux de retraite était «très suivi» mercredi matin par les techniciens de la Comédie-Française. Le mouvement sera cependant «peut-être un peu moins suivi que le 18 octobre», où la participation avait été historique dans le premier théâtre de France.

12h38: La grève dans l'énergie était «très forte» mercredi, a indiqué la CGT, alors que les directions d'EDF et GDF ont recensé respectivement 28% et 31,2% de grévistes à la mi-journée contre 43% et 45,5% le 18 octobre, lors du précédent mouvement contre la réforme des régimes spéciaux.

12h35:
La RATP a indiqué qu'elle prévoyait un trafic «encore fortement perturbé» jeudi, avec une rame sur quatre ou cinq en moyenne sur l'ensemble des lignes de métro (une sur deux sur la ligne 1), 30% des bus et tramway et un trafic RER «très perturbé».

A Toulouse, la manifestation rassemble SNCF, EDF, DDE, étudiants et même intermittents dans une ambiance détendue. Ils sont 2.500 selon la police, le double selon les syndicats. A 14h30, une AG est prévue côté cheminot pour réfléchir à la suite du mouvement.

Le mouvement de grève a été reconduit au Mans par environ 400 cheminots votant à main levée. Seul l'un d'entre eux a voté contre. Les cheminots manifesteront dans l'après-midi aux côtés des électriciens et gaziers dans le centre du Mans. Au cours de l'AG, le délégué CGT, Didier Jousse, a appelé les grévistes à tenir bon car la réforme «est le prélude à une offensive généralisée à tous les régimes de retraite». «Il n'est pas question de négocier quoi que ce soit», a ajouté le délégué de Sud-Rail.

A Caen, 298 cheminots sur 322 ont voté à bulletins secrets pour la poursuite du mouvement. Environ 500 cheminots, gaziers et électriciens ont manifesté dans le centre-ville.

12h30: A Paris, la grève dope les Vélib'. A 10h00, «il y avait 35.000 locations», alors qu'en moyenne, il y en a 17.000 un jour de semaine à la même heure, a-t-on indiqué chez JC Decaux qui gère ce réseau de location en libre-service. A 11h00, «il y avait 42.000 locations contre 20.000 habituellement.» Le prestataire signale également avoir renforcé ses équipes pour ce jour et s'attend au même record de locations que lors de la précédente grève, le 18 octobre, avec 180.000 vélos loués.

12h12
: Environ 500 cheminots viennent de décider, sans surprise, de reconduire la grève en gare de Nantes. La grève des agents EDF à la centrale de Cordemais entraîne des baisses de production d'électricité. Sans conséquence pour le grand public pour l'instant.

12h10: La grève nationale à la SNCF, à l'appel de sept syndicats sur huit, était suivie mercredi à 11h par «61,5% des agents», contre 73,5% à la même heure le 18 octobre, annonce la direction de l'entreprise publique.

12h05: Quelque 2.700 manifestants selon la police, 4.000 selon les syndicats, en majorité des cheminots, des électriciens et des étudiants ont manifesté mercredi matin à Rouen dans le cadre de le journée de grève reconductible en défense des régimes spéciaux de retraite.

12h:
A Bordeaux, un couple qui débarquait des Maldives et n'était pas au courant de la grève a réussi à rallier Dax en se faisant payer un taxi par la SNCF. Une dame qui passait avec son jeune fils au niveau de la gare où étaient réunis les cheminots avant de partir en manifestation les a copieusement insultés, les traitants de «connards» qui «nous emmerdent».

Pour tous les évènements avant midi, cliquez ici...