Christine Malèvre a «envie de vivre»

© 20 minutes

— 

Comme le veut la règle, c’est elle, l’accusée, qui a eu la parole en dernier. « J’ai envie de vivre, a expliqué hier après-midi Christine Malèvre aux jurés de la cour d’assises d’appel de Paris, qui s’apprêtaient à délibérer. J’ai envie de vivre ma vie de femme et de fonder une famille. » Le verdict était toujours attendu hier soir. Il devait tomber dans la nuit. Mardi, l’avocat général a requis une peine de quinze à dix-huit ans de prison contre cette ancienne infirmière de Mantes-la-Jolie (Yvelines), accusée d’avoir tué sept de ses patients en fin de vie.