La colère des amphis s'amplifie

UNIVERSITES Cinq établissements sont paralysés depuis lundi et trois autres se sont joints au mouvement mardi...

Philippe Blanc

— 

Les assemblées générales des universités de Rouen (1.200 participants), Tours (1.100), Toulouse II-le Mirail (1.500), Lille III (1.200) et Rennes I (800) ont voté lundi soir ou mardi le blocage des établissements, Aix-Marseille I (450) le principe de la grève.
Les assemblées générales des universités de Rouen (1.200 participants), Tours (1.100), Toulouse II-le Mirail (1.500), Lille III (1.200) et Rennes I (800) ont voté lundi soir ou mardi le blocage des établissements, Aix-Marseille I (450) le principe de la grève. — Eric Cabanis AFP

La vague de protestation des étudiants contre la loi Pécresse sur l'autonomie des universités prend de l'ampleur. Cinq établissements sont paralysés depuis lundi et trois autres se sont joints au mouvement hier. Les étudiants ont bloqué les salles à Tours, Toulouse-Le Mirail, Perpignan, Rennes, Lille et Rouen, tandis que Tolbiac (Paris-I) et Aix-en-Provence ont fermé leurs portes. Déjà, la semaine dernière, une dizaine d'universités avaient connu blocages, occupations de salles et barrages filtrants.

D'après l'Unef, principal syndicat étudiant, des assemblées générales sont prévues dans toutes les universités d'ici au 20 novembre. Alors que le mouvement avait débuté à l'appel d'organisations d'extrême gauche, comme l'Union des étudiants communistes (UEC) ou les Jeunes communistes révolutionnaires (JCR), il se renforce maintenant avec l'intervention du président de l'Unef, Bruno Julliard. Hier, il a convié les étudiants à « participer aux assemblées générales, à s'informer sur la loi d'autonomie » et à « décider de leurs modalités d'action ». Il a également lancé un appel à manifester pendant la grève organisée par les principaux syndicats de la fonction publique le 20 novembre. De son côté, Julie Coudry, présidente de la Confédération étudiante, ne soutient pas cette action, craignant « un discrédit de l'action syndicale » en cas de conflit.

Sur www.20minutes.fr

L'actualité des facs en grève