Meurtres de Pau : le non-lieu en appel

JUSTICE Il avait bénéficié d'un non lieu psychiatrique...

- ©2007 20 minutes

— 

Le non-lieu "psychiatrique" dont a bénéficié l'auteur présumé du double meurtre perpétré en 2004 dans un hôpital de Pau, sera examiné en appel à partir de mercredi, en présence de Romain Dupuy, par la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Pau.
Le non-lieu "psychiatrique" dont a bénéficié l'auteur présumé du double meurtre perpétré en 2004 dans un hôpital de Pau, sera examiné en appel à partir de mercredi, en présence de Romain Dupuy, par la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Pau. — Alain Guilhot AFP

Une confirmation écarterait tout procès sur le fond. Le non-lieu psychiatrique dont a bénéficié Romain Dupuy, auteur présumé d'un double meurtre en 2004 à l'hôpital de Pau, est examiné en appel à partir d'aujourd'hui par la chambre d'instruction de la ville.

>> 20minutes.fr suit l'affaire pour vous aujourd'hui

Cette audience, qui débutera à 14h et doit se dérouler sur trois jours, intervient alors que la Chancellerie a relancé le débat sur la responsabilité pénale des malades mentaux. En août, la ministre de la Justice Rachida Dati avait annoncé, à la suite d’une demande de Nicolas Sarkozy, l'ouverture d'une «réflexion» sur la création d'une audience spécifique, à l'issue de la procédure d'instruction, dans les cas où les mis en cause sont déclarés pénalement irresponsables.

Non-lieu contesté

En août, la justice a rendu ce non-lieu au vu de multiples expertises. Une décision contestée en appel par les parties civiles, qui demandent un renvoi devant une cour d'assises.

Chantal Klimaszewski et Lucette Gariod, infirmière et aide-soignante à l'hôpital psychiatrique de Pau, avaient été tuées à l'arme blanche dans la nuit du 17 au 18 décembre 2004. L'une d'elles avait même été décapitée.