Une avocate blessée lors d'une manifestation contre la réforme de la carte judiciaire

COLMAR Selon des témoins, les policiers lui ont asséné des coups de matraques...

— 

Le déplacement de Mme Dati a été marqué par une bousculade opposant en milieu d'après-midi les forces de l'ordre à des avocats venus manifester leur opposition à la réforme de la carte judiciaire.
Le déplacement de Mme Dati a été marqué par une bousculade opposant en milieu d'après-midi les forces de l'ordre à des avocats venus manifester leur opposition à la réforme de la carte judiciaire. — Olivier Morin AFP

Une avocate du barreau de Belfort a été blessée à la tête lundi dans une bousculade avec des forces de l'ordre, lors d'une manifestation contre la réforme de la carte judiciaire à Colmar (Haut-Rhin), en marge d'une visite de la Garde des Sceaux, Rachida Dati.
    
Le préfet du Haut-Rhin, Michel Fuzeau, a confirmé qu' «une manifestante tombée au sol, a été reconduite malgré sa résistance de l'autre côté de la barrière», mais a démenti les informations faisant état de «saignement, notamment à la tête». L'avocate, saignant d'une blessure au cuir chevelu, a été prise en charge par les pompiers et hospitalisée, a constaté un journaliste de l'AFP.
    
Amélie Beaumont, du barreau de Belfort, tentait de franchir un barrage de police quand elle a été attrapée par quatre fonctionnaires qui lui ont asséné des coups de matraque et l'ont traînée par terre, ont affirmé des témoins. Les forces de l'ordre ont également fait usage de gaz lacrymogène, ont-ils dit. Selon le préfet du Haut-Rhin pourtant, «il n'y a pas eu d'usage de matraque».

Elle a «refusé d'obtempérer»
    
L'avocate se trouvait dans un groupe de manifestants qui a franchi les barrières délimitant un périmètre réservé autour de la cour d'appel. Invités par les forces de l'ordre à se retirer, ces manifestants ont «refusé d'obtempérer, cherchant manifestement un incident», a précisé le préfet dans un communiqué. «Les services de police ont dû intervenir pour les repousser derrière les barrières, et il a été fait usage d'un aérosol lacrymogène au cours de cette intervention». «Par sécurité, les policiers ont fait appel aux sapeurs pompiers pour évacuer l'intéressée», a indiqué le communiqué. Le préfet a aussi observé «que cette manifestation n'a fait l'objet d'aucune déclaration préalable, contrairement à la loi».

Une centaine d'avocats des barreaux de Franche-Comté et d'Alsace s'étaient rassemblés devant la cour d'appel de Colmar pour protester contre la venue de Rachida Dati qui présentait ses projets de réforme de la carte judiciaire en Alsace et Franche-Comté.