Un fiasco entouré de zones d'ombres

Laure de Charette - ©2007 20 minutes

— 

Les charges s'accumulent contre les membres de l'association. L'opération rocambolesque qu'ils avaient baptisée « Children rescue » est entourée de zones d'ombres.

· Les mensonges Dans le film du reporter de Capa diffusé hier sur M6, les membres de l'association maquillent les enfants en faux blessés de guerre. L'Arche de Zoé aurait aussi menti aux autorités locales en leur assurant être au Tchad pour y créer un centre d'hébergement d'urgence pour enfants isolés. Enfin Eric Breteau, le meneur de l'expédition, avait demandé à ses coéquipiers de « bannir » le terme « évacuation sanitaire » et d'utiliser le terme « campagne de vaccination ». Sur son site Internet, l'association parle pourtant bien d'une évacuation pour sauver des orphelins.

· L'escroquerie Un couple des Pyrénées a porté plainte la semaine dernière pour « escroquerie » contre l'association. Il aurait versé 2 400 euros pour accueillir un enfant. Le couple dénonce surtout, dans une interview à L'Indépendant, le « supplice mental » et les déceptions accumulées : nombre d'enfants revus à la baisse, date d'arrivée différée... Selon le couple, une quarantaine de familles aurait aussi porté plainte. Mais le Parquet de Paris, qui a ouvert une information judiciaire à la fin octobre, nous a affirmé hier « ne pas en avoir encore connaissance ». Parallèle­ment à ces attaques, une centaine de personnes a défilé hier à Paris et samedi à Marseille en soutien à l'association.

· L'enquête François Fillon a chargé samedi deux de ses ministres, Bernard Kouchner (Affaires étrangères) et Hervé Morin (Défense), d'enquêter sur les circonstances qui ont permis à l'Arche de Zoé de dissimuler « son identité et ses agissements » aux autorités françaises.