Les cafés-hôtels-restaurants «prêts» à interdire la cigarette

TABAC La loi anti-tabac entre en vigueur pour eux le 1er janvier 2008...

avec AFP

— 

Les mesures anti-tabac, souhaitées par le ministre de la Santé Xavier Bertrand pour durcir une loi Evin mal appliquée, ont été remises à des jours meilleurs par le chef du gouvernement, peu soucieux de risquer une nouvelle polémique au lendemain de la crise du CPE.
Les mesures anti-tabac, souhaitées par le ministre de la Santé Xavier Bertrand pour durcir une loi Evin mal appliquée, ont été remises à des jours meilleurs par le chef du gouvernement, peu soucieux de risquer une nouvelle polémique au lendemain de la crise du CPE. — Christophe Simon AFP
Un peu plus de deux mois avant l'entrée en application de l'interdiction de fumer dans les cafés, hôtels et restaurants, le 1er janvier 2008, les représentants du secteur se sont dits «prêts» lundi.

«Sortez du brouillard»

Et pour cause.
Dans de nombreux pays où des réglementations similaires sont entrées en application, la fréquentation des établissements n'a pas baissé, a souligné Didier Chenet, président du Synhorcat (syndicat national des hôteliers, restaurateurs et cafetiers). «Elle a même augmenté de 17% à New York», a-t-il précisé.

Une brochure intitulée «Sortez du brouillard» va être distribuée aux chefs d'entreprise et aux salariés. Elle rappelle les méfaits du tabac et les détails de la nouvelle réglementation, mais aussi les opportunités économiques pour la profession.

La ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, dans une lettre à la profession dont l'AFP a obtenu copie, rappelle que «le tabac tue 66.000 fumeurs par an et 6.000 personnes sont victimes du tabagisme passif» en France.

«Distorsion de concurrence»

Didier Chenet s'est inquiété du retard pour la mise en place de l'Observatoire chargé d'étudier les conséquences, notamment économiques, de cette interdiction. Il s'est également élevé contre la proposition de loi d'un député UMP, Edouard Courtial, visant à autoriser les cigarettes dans tous les lieux où l'on vend du tabac, y compris certains cafés et restaurants. «Ce n'est pas possible car cela créerait une distorsion de concurrence entre les établissements», a-t-il estimé.