Saint-Étienne-du-Rouvray: des armes blanches et un "dispositif factice"

© 2016 AFP

— 

Des policiers BRI dans le village de Saint-Étienne-du-Rouvray, le 26 juillet 2016
Des policiers BRI dans le village de Saint-Étienne-du-Rouvray, le 26 juillet 2016 — MATTHIEU ALEXANDRE AFP

Les deux auteurs de la prise d'otages mardi dans une église de Saint-Étienne-du-Rouvray, près de Rouen, au cours de laquelle un prêtre a été égorgé, avaient des armes blanches et "un dispositif factice" faisant penser à un engin explosif, selon une source proche du dossier.

Les deux hommes avaient des armes blanches type couteau, "un vieux pistolet inopérant" et un "dispositif factice" faisant penser à la présence d'explosifs, a expliqué cette source à l'AFP.

Vers 16H00, soit environ cinq heures après la fin de la prise d'otages, la police nationale a annoncé que l'opération de déminage et de sécurisation de la zone était terminée. Aucun explosif n'a été découvert.

"La police technique et scientifique est maintenant au travail", a précisé à l'AFP le porte-parole du ministère de l’Intérieur Pierre-Henry Brandet.

La Direction interrégionale de la police judiciaire (DIPJ) de Rennes, la Sous-direction antiterroriste (SDAT) et la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) sont chargées de l'enquête.

"Les primo-intervenants qui ont sécurisé les lieux et sont intervenus sont les policiers de la BRI de Rouen, mais aussi ceux de la brigade anticriminalité (BAC) et des policiers du groupe de voie publique", a souligné Pierre-Henry Brandet.