Euro-2016: interpellations avant Ukraine-Pologne à Marseille

© 2016 AFP

— 

Un supporter est maîtrisé par des policiers en civil avant Ukraine-Pologne, le 21 juin 2016 à Marseille
Un supporter est maîtrisé par des policiers en civil avant Ukraine-Pologne, le 21 juin 2016 à Marseille — JEAN CHRISTOPHE MAGNENET AFP

Des incidents ont éclaté mardi après-midi avant le match de l'Euro-2016 Ukraine-Pologne à proximité du stade Vélodrome à Marseille, où la police a fait usage d'un canon à eau et de gaz lacrymogène et a procédé à plusieurs interpellations.

Selon une source policière, les forces de l'ordre sont intervenus pour séparer les protagonistes d'une rixe et ont été prises à partie. Le rond-point du Prado, à proximité immédiate du stade, était alors bondé, notamment de supporters polonais, très nombreux à Marseille mardi.

Les incidents ont entraîné des mouvements de foule et ont eu lieu à environ une heure et demie du début du match, à 18H00. Quelques bouteilles ont été lancées et une poubelle incendiée. Les forces de l'ordre ont utilisé plusieurs bombes et sprays lacrymogènes et brièvement employé le canon à eau. Le calme est revenu après un quart d'heure.

Selon la source policière, un policier a été blessé à l'épaule lors de ces affrontements.

Quatre personnes ont été interpellées près du stade Vélodrome dans le cadre de ces violences, a indiqué la préfecture de police.

Huit autres avaient été arrêtées plus tôt dans l'après-midi après de brefs incidents sur le Vieux-Port, a-t-on appris auprès de la même source. «Il y a eu une toute petite rixe, les forces de l'ordre sont tout de suite intervenues», a-t-il été précisé.

En début d'après-midi, des milliers de supporters polonais avaient convergé depuis le quartier du Vieux-Port vers le stade Vélodrome. Certains ont notamment défilé derrière une banderole «Defenders of European Culture» («Défenseurs de la culture européenne»), a constaté un journaliste de l'AFP.

De très nombreux policiers, en civil ou en tenue, encadraient le cortège se déplaçant vers le stade, notamment le groupe qui a déployé la banderole.

En tout, un millier de policiers et gendarmes ont été déployés en ville pour assurer la sécurité de ce match classé au «niveau 3» sur 4 en raison des risques de hooliganisme, comme la rencontre Angleterre-Russie émaillée de violences il y a dix jours à Marseille.

La préfecture de police a également demandé à l'UEFA «d'être encore plus vigilante sur les fouilles» pour éviter que des fumigènes soient introduits dans l'enceinte du stade.

De violents incidents avaient fait 35 blessés, dans leur quasi-totalité britanniques, en marge d'Angleterre-Russie, le 11 juin.