A quoi sert la Caisse des dépôts?

Sa. C. avec P.K.
— 

La Caisse des dépôtes et des consignations (CDC) est une institution financière publique indépendante dont les liens avec l’Etat sont au cœur du scandale EADS.

A quoi sert la CDC?
La CDC se qualifie «d'institution financière publique en charge de missions d'intérêt général qui lui sont confiées par l'Etat et les collectivités locales». Décrite comme le bras financier de l’Etat, elle est un peu la banque des collectivités locales. Dès que ces dernières envisagent une action financière (construction de logements sociaux, privatisations…), la CDC est là. Elle gère des fonds d’épargne (dont le livret A), des caisses de retraites… Elle est actionnaire de 460 sociétés d’économie mixte locales et aide à l’équipement numérique des territoires. Sans CDC, pas de haut débit! En 2005, elle a contribué pour plus de 1.250 milliards d’euros au budget de l’Etat.

Quels sont ses liens avec Bercy?
Pour garantir son indépendance, elle est placée «sous la surveillance» du pouvoir législatif, exercée par une Commission de surveillance. Présidée par un député, celle-ci comprend 12 membres, dont trois autres parlementaires, et un représentant du Trésor qui dépend directement du ministère de l'Economie.

Or, dans l’affaire EADS, il semblerait que cette Commission n’a été prévenue que tardivement de l’achat des actions par la CDC. Lagardère a mis ses titres à la vente le 4 avril 2006. Leur achat par la CDC n’apparaît dans les notes de la Commission de surveillance que le 26 avril 2006, soit plus de deux semaines après l’annonce officielle d’achat de la CDC, selon l’AFP. Le directeur général de la CDC de l'époque, Francis Mayer, décédé depuis, aurait donc agi sans en référer préalablement à la Commission de surveillance. Toute la question est donc de savoir si la CDC prend seule ses décisions ou si elle doit en référer à l’Etat. En clair, agit-elle sous les ordres de Bercy?

Qui est Augustin de Romanet de Beaune, l’actuel directeur général de la CDC?
«Un excellent connaisseur de la chose publique» et «un très bon financier», selon Thierry Breton, qui a annoncé sa nomination, le 7 mars dernier. Augustin de Romanet de Beaune a 46 ans, il a fait l’ENA (promotion Diderot, en 86), il a commencé sa carrière au ministère des Finances, est passé par les cabinets de ministres de droite avant de rejoindre l’Elysée, en tant que secrétaire général adjoint de juin 2005 à octobre 2006. Il est ensuite retourné dans le privé au Crédit agricole en qualité de directeur adjoint finances et stratégie.