En marche! lance officiellement sa campagne de porte à porte samedi

© 2016 AFP

— 

Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron à La Grande-Motte le 27 mai 2016
Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron à La Grande-Motte le 27 mai 2016 — SYLVAIN THOMAS AFP

En marche !, le mouvement lancé le 6 avril par Emmanuel Macron, lancera officiellement samedi sa campagne de porte-à-porte, dont l'objectif est de consulter 100.000 personnes d'ici fin juillet.

Le «top départ» du porte-à-porte sera donné à 10H00 par le ministre de l'Economie sur Facebook, selon la communication d'En marche!.

Une soixantaine d'équipes se déploieront dans une cinquantaine de villes, a-t-on précisé.

En marche! entend nouer 100.000 conversations avec les Français d'ici la fin juillet.

Elles permettront de nourrir le «diagnostic du pays» que M. Macron veut présenter «à la fin de l'été», en s'appuyant également sur le travail d'experts.

Les «marcheurs» encadrés par des coordinateurs soumettront à leurs interlocuteurs un questionnaire comportant huit questions ouvertes, du type «Qu'est-ce qui marche en France ?».

En marche! est assisté dans sa démarche par la start-up Liegey Muller Pons, qui se présente comme «la première start up de stratégie électorale en Europe». Ses membres fondateurs avaient participé à titre individuel à la campagne de François Hollande, pour laquelle cinq millions de portes ont été frappées.

Les réponses collectées seront analysées de deux manières: via un «algorithme de traitement du langage», et «à la main» pour les réponses signalées comme particulièrement intéressantes par les intervieweurs, a expliqué à l'AFP Guillaume Liégey.

Selon M. Liégey, 180 «coordinateurs» ont d'ores et déjà été formés depuis un mois. «Après ce week-end nous serons à 220-230, avec un objectif de 300», a-t-il précisé.

Le ministre de l'Economie a affirmé mercredi aux Echos que son mouvement comptait d'ores et déjà «plus de 50.000 adhérents», «12.000 personnes» ayant par ailleurs décidé de participer à l'opération de porte-à-porte.

Disant ne pas être «obsédé» par l'élection présidentielle, M. Macron entend dévoiler «entre l'automne et l'hiver (...) un plan d'action progressiste pour transformer le pays».