David Martinon chahuté à Neuilly

POLITIQUE Le parachutage du porte-parole de l'Elysée n'est pas bien vécu dans le fief de Nicolas Sarkozy...

— 

AFPTV

Il est candidat mais n'est pas forcément le bienvenu. Le porte-parole de l'Elysée, David Martinon, a suscité, dimanche 30 septembre, quelques critiques à la mairie de Neuilly. Au cri de «Martinon non! non!», certains militants de l'UMP ont dénoncé devant la presse un «parachutage» et réclamé l'organisation de primaires. «Neuilly n'est pas une annexe de l'Elysée», faisait-on valoir lors de la réunion.

David Martinon avait annoncé, dans la soirée à Neuilly qu'il dirigerait la liste de l'UMP aux élections municipales du printemps 2008 à Neuilly (Hauts-de-Seine), le maire actuel Louis-Charles Bary ne se représentant pas.

Sarkozy soutient Martinon

Nicolas Sarkozy, s'exprimant lors de la soirée pour féliciter Marie-Cécile Ménard (UMP), qui lui a succédé dimanche soir en gagnant l'élection cantonale partielle de Neuilly-Nord, a implicitement intronisé la liste qui sera dirigée par David Martinon. «Si, par extraordinaire, Louis-Charles ne voulait pas faire un ou deux mandats de plus, je m'engagerai derrière la liste de jeunes que j'ai formés, poussés, accompagnés, parce que c'est aussi ma responsabilité», a déclaré le chef de l'Etat.

Pour cette campagne, David Martinon sera associé à Arnaud Teullé, qui dirige la section UMP de Neuilly, et briguait lui aussi la tête de liste. Dans son édition de samedi, «Le Parisien» a affirmé que le différend avait été tranché lors d'une réunion avec Nicolas Sarkozy à l'issue de laquelle Arnaud Teullé avait finalement accepté d'être le numéro 2 de David Martinon.