Loi travail: ouverture à l'Assemblée nationale du débat sur la motion de censure

© 2016 AFP

— 

Le Premier ministre Manuel Valls à l'Assemblée nationale le 11 mai 2016
Le Premier ministre Manuel Valls à l'Assemblée nationale le 11 mai 2016 — MARTIN BUREAU AFP

Le débat sur la motion de censure LR-UDI, à la suite de l'engagement de responsabilité du gouvernement Valls sur le projet de loi travail, s'est ouverte jeudi à 16H02 à l'Assemblée nationale, devant un hémicycle rempli principalement de députés de l'opposition.

Comme cette motion de censure ne peut être adoptée et faire tomber le gouvernement que si elle atteint 288 voix (majorité absolue actuelle), scénario improbable, et que seuls sont recensés les votes favorables, la présence des députés de la majorité n'est pas numériquement nécessaire.

Après avoir ouvert la séance, le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone (PS), a passé la parole au chef de file des députés Les Républicains, Christian Jacob, qui a défendu la motion, suivi de son homologue UDI, Philippe Vigier.

S'exprimeront ensuite Alain Tourret, au nom des radicaux de gauche, Christophe Cavard, pour les écologistes, le chef de file des députés Front de Gauche, André Chassaigne, puis le président du groupe PS, Bruno Le Roux.

Le Premier ministre, Manuel Valls, répondra ensuite aux orateurs, avant le vote, qui doit se dérouler de 18H00 à 18H30.

Les députés partisans de la motion de censure voteront dans les salons attenant à l'hémicycle, et les résultats seront proclamés vers 18H30.

Faute de majorité sur un projet de loi censé être l'une des dernières grandes réformes du quinquennat de François Hollande, le gouvernement a dégainé mardi l'article 49-3 de la Constitution, qui lui permet de le faire adopter sans vote des députés.

L'opposition de droite a aussitôt déposé une motion de censure, et, fait inédit depuis 2012, des élus Front de gauche, certains socialistes et des écologistes opposés au texte ont tenté, sans succès, de déposer une motion «des gauches».