Le Grenelle de l'environnement, comment ça marche?

— 

Le Grenelle de l'environnement dont la première étape s'est terminée jeudi avec les propositions des six groupes de travail, ambitionne d'ici fin octobre d'accoucher de 15 à 20 «plans programmes».

Questions polémiques

Ces six groupes,
qui comptait une quarantaine de membres issus de cinq collèges (Etat, collectivités locales, salariés, patronat, associations environnementalistes), devaient réfléchir aux «moyens de faire face à quelques-uns des défis majeurs de notre temps»: lutte contre le changement climatique, préservation de la biodiversité, environnement et santé...

La mise en place d'intergroupes s'est avérée nécessaire, sur les déchets, les OGM ou l'écofiscalité, questions polémiques qui auraient monopolisé les débats.

Consultation publique en région et sur Internet

La deuxième phase du Grenelle s'ouvre désormais avec une consultation publique. Une quinzaine de réunions régionales sont prévues du 5 au 19 octobre. Un débat sans vote aura lieu au Parlement le 4 octobre et les Français sont appelés à participer sur Internet, via le site officiel (www.legrenelle-environnement.ecologie.gouv) et sur le site partage de vidéo (http://fr.youtube.com/GrenellEnvironnement).

Un «temps de synthèse» sera ménagé à l'issue de ces consultations avant d'entamer le 3e mouvement, le «Grenelle» proprement dit: une table-ronde dans les derniers jours d'octobre réunissant des représentants de chaque collège et dont le nombre reste à définir.

Loi-cadre à l'Assemblée nationale

De ces ultimes négociations sortiront les 15 à 20 vingt plans d'action, arbitrés par le président de la République, axes politiques majeurs qui seront formalisés par une loi-cadre à l'Assemblée nationale.