Procès des profanateurs de tombes juives

Avec AFP - ©2007 20 minutes

— 

Le procès des trois auteurs présumés de la profanation du cimetière juif de Herrlisheim (Haut-Rhin), où 117 tombes avaient été souillées le 30 avril 2004 par des inscriptions néonazies et antisémites, s'ouvre aujourd'hui à Colmar. Cette profanation avait été le point de départ d'une sinistre série d'exactions similaires en Alsace, et l'affaire avait suscité une vague d'indignation. Plusieurs membres du gouvernement, ainsi que le président du Parlement israélien Reuven Rivlin, s'étaient rendus sur place.

En janvier 2006, près de deux ans après les faits, Emmanuel Rist, 37 ans, Laurent Boulanger, 27 ans et Laurent Peterschmitt, 28 ans, ont été finalement mis en examen et écroués. Ce dernier a été libéré et placé sous contrôle judiciaire en mai 2006.

Emmanuel Rist ? déjà sous le coup de deux mises en examen pour tentative de meurtre et assassinat ? ainsi que Boulanger seront également jugés pour la dégradation, en octobre 2004, de l'unique stèle musulmane du cimetière militaire de Wattwiller (Haut-Rhin). Les prévenus, qui ont tous reconnu les faits, encourent des peines allant de deux ans d'emprisonnement pour Peterschmitt à trois ans pour Boulanger et Rist.

Présenté par les enquêteurs comme un « idéologue » néonazi et considéré comme le « cerveau » présumé des profanations, Emmanuel Rist avait expliqué lors de son interpellation avoir choisi Herrlisheim en raison de la lettre H. Il voulait ainsi faire référence à Hitler et célébrer la mort du Führer, le 30 avril 1945.