Un comité pour encadrer les stages

Laure de Charette - ©2007 20 minutes

— 

Une réunion qui espère trouver des débouchés. Les ministres de l'Enseignement supérieur, Valérie Pécresse, et du Travail, Xavier Bertrand, ont décidé d'installer à partir d'aujourd'hui un « comité des stages et de la professionnalisation des cursus universitaires ». En gros, syndicats, étudiants et employeurs vont s'asseoir autour d'une table tout l'après-midi puis dans les semaines à venir en vue d'améliorer la condition du stagiaire en France. « On espère surtout négocier le montant de la rémunération des 800 000 à 900 000 stagiaires qui travaillent chaque année », explique Juliette, membre du collectif Génération précaire.

Le principe même d'un salaire pour tous les stages d'une durée supérieure à trois mois a en effet été validé en juillet, et le décret doit être publié en octobre. Reste à fixer le montant de cette gratification accordée par l'employeur : le collectif se bat pour que les jeunes soient payés par l'entreprise à hauteur de 50 % du smic pour les stages de moins de trois mois, et à plus de 80 % pour les autres.

Au printemps 2006, déjà, un tour de table avait été organisé pour accoucher d'une charte des stages. Mais depuis, de nombreux problèmes ? dont celui du statut des stagiaires, mi-étudiants, mi-travailleurs ? n'ont toujours pas été résolus. La semaine dernière, la Commission européenne a annoncé qu'elle planchait sur un projet de code de bonne conduite européen, pour éviter que les entreprises n'« exploitent les jeunes ». Hasard du calendrier ou non, la réunion d'aujourd'hui à Paris pourrait être portée par ce contexte favorable.