Les irradiés d'Epinal veulent rencontrer la ministre de la Santé

- ©2007 20 minutes

— 

Elles attendent « quelques lumières ». Les victimes de l'accident de radiothérapie d'Epinal, inquiètes de leur sort, ont fait part de leur souhait de rencontrer la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot. Et pour cause : les autorités sanitaires ont révélé que trois cents nouveaux cas de surirradiation avaient été identifiés dans cet hôpital.

Pour Philippe Stabler, président de l'Association vosgienne des surirradiés de l'hôpital d'Epinal, cette démarche s'inscrit dans « une recherche de la vérité ». « On n'a pas d'informations, on est dans le flou », peste-t-il, avant de dénoncer « une absence de volonté de réunir les victimes pour leur donner des explications ». Au total, 4 500 personnes qui suivaient un traitement contre le cancer à l'hôpital d'Epinal ont reçu des surdoses depuis le dysfonctionnement de l'appareil, en 1989. Récemment, deux juges du pôle santé publique de Paris ont été désignés pour enquêter sur les accidents de radiothérapie de l'hôpital d'Epinal. « Cette affaire est plus grave que prévu », a reconnu vendredi la ministre de la Santé.