Les Républicains: Woerth défend «l'unité du parti», Chatel «l'image d'un parti moderne»

© 2016 AFP

— 

Eric Woerth et Nicolas Sarkozy au conseil national du parti Les Républicains le 13 février 2016 à Paris
Eric Woerth et Nicolas Sarkozy au conseil national du parti Les Républicains le 13 février 2016 à Paris — LIONEL BONAVENTURE AFP

Le secrétaire général des Républicains Eric Woerth a assuré lundi qu'il «y a une unité du parti», tandis que Luc Chatel a affirmé que le Conseil national qui s'est tenu ce week-end a «donné l'image d'un parti moderne».

«Il y a une unité du parti, après ça n’empêche que chacun peut avoir son propre calendrier dans le domaine des primaires», a déclaré Eric Woerth sur RTL, alors que Jean-François Copé a choisi ce week-end pour annoncer sa candidature, et Jean-Pierre Raffarin son soutien à Alain Juppé.

«Ce qui compte c’est d’abord l’unité du parti», a martelé le numéro 3 des Républicains, réfutant l'image d'un «canard sans tête» décrite dans la presse. «Ce n’est pas un canard sans tête. Il a une tête, Nicolas Sarkozy est à la tête de ce parti.»

De son côté Luc Chatel, nouveau président du Conseil national des Républicains, a estimé sur Europe 1 que la réunion du week-end a donné «l’image d’un parti moderne». «Nous avons donné le visage du débat», «tout le monde n’est pas sur la même ligne, c’est normal», a-t-il fait valoir.

Interrogé sur les nombreuses candidatures aux primaires de la droite, M. Chatel a répondu sur le ton de la plaisanterie: «La bonne nouvelle, c’est que comme il faut 20 parlementaires pour être parrainé, qu’il doit y avoir à peu près 400 parlementaires Républicains , il ne devrait pas y avoir plus de 20 candidats».

Jean-François Copé a annoncé dimanche soir sa candidature à la primaire (20 et 27 novembre). Alain Juppé, François Fillon, Hervé Mariton, Frédéric Lefebvre, Jean-Frédéric Poisson et Nadine Morano se sont déjà déclarés, Nicolas Sarkozy, Bruno Le Maire et Nathalie Kosciusko-Morizet devraient en faire de même dans les prochaines semaines.