Selon ses proches, Claude Chirac n'a jamais été rémunérée par la mairie de Paris

— 
Claude a en commun avec sa mère -avec qui les relations n'ont pas été toujours faciles- d'être constamment en liaison avec le chef de l'Etat, dans son bureau ou par téléphone.
Claude a en commun avec sa mère -avec qui les relations n'ont pas été toujours faciles- d'être constamment en liaison avec le chef de l'Etat, dans son bureau ou par téléphone. — Thomas Coex AFP/Archives
Claude Chirac n'a reçu «aucune convocation» et n'a jamais été rémunérée par la mairie de Paris, a affirmé mercredi son entourage après que

la police financière a été chargée d'une enquête sur la fille l'ancien président de la République, qui a été conseillère à la mairie de Paris (1989 à 1993) et salariée d'une société privée, dans le cadre du dossier des chargés de mission de Paris, a-t-on appris mercredi de source judiciaire.

Largesses sous les mandats de Chirac et de Tibéri

Les enquêteurs de la division nationale des investigations financières (DNIF) ont été mandatés par la juge d'instruction parisienne Xavière Simeoni qui instruit le dossier, a-t-on précisé de même source, confirmant une information du Point.

Dans ce dossier, vingt personnes sont soupçonnées d'avoir attribué des emplois de complaisance ou d'en avoir bénéficié dans les années 80-90, du temps des maires Jacques Chirac et Jean Tiberi.

Selon l'hebdomadaire, plusieurs anciens collaborateurs de l'Hôtel de Ville (dont une ancienne secrétaire particulière) auraient déjà été entendus par les policiers sur la situation et la rémunération de la fille de l'ex-président de la République, Jacques Chirac. L'ancien chef de l'Etat doit être rapidement entendu dans cette affaire qui avait valu à Alain Juppé d'être convoqué le 15 mai par la juge Simeoni et dans laquelle quatre ex-directeurs de cabinet de Jacques Chirac sont mis en examen.