Hollande et Royal, stars de la première journée à La Rochelle

PS L'ancien couple était au centre des attentions alors que les éléphants manquent à l'appel...

A La Rochelle, Bastien Bonnefous

— 

Vendredi, Ségolène Royal, en tant que présidente de Poitou-Charentes, participait à la séance d'ouverture. Au moment de son discours, le premier secrétaire s'est borné à glisser une tête, pendant quelques minutes.
Vendredi, Ségolène Royal, en tant que présidente de Poitou-Charentes, participait à la séance d'ouverture. Au moment de son discours, le premier secrétaire s'est borné à glisser une tête, pendant quelques minutes. — Jean-Pierre Muller AFP

Ils ne se sont pas croisés, pourtant leur couple s'est reformé malgré eux. Ségolène Royal et François Hollande ont été au centre de la première journée de l'université d'été du PS à La Rochelle. Les éléphants ayant choisi de bouder la réunion annuelle socialiste, les deux responsables anciennement compagnons à la ville ont été les seules figures du jour.

François Hollande s'est fait discret, préférant lancer sa bombinette jeudi soir. Dans un dîner avec la presse, le Premier secrétaire du PS, qui quittera ses fonctions l'an prochain et ne cache pas ses ambitions d'être en situation pour la présidentielle 2012, a remis en cause un des piliers de la doxa socialiste : les 35 heures et la réduction du temps de travail. « Le pays doit travailler plus», a-t-il expliqué, estimant que le PS «ne peut
plus dire qu'on va rétablir les 35 heures».  Une petite révolution alors que le programme de Ségolène Royal prévoyait, il y a encore quelques mois, la généralisation des 35 heures.

Résultat, le discours de François Hollande dimanche,
en clôture de l'université d'été, est particulièrement attendu. Notamment pour savoir si le premier secrétaire a réellement l'intention de lancer la refondation idéologique et organisationnelle du PS, ou s'il compte simplement gagner du temps jusqu'au prochain congrès prévu au printemps ou à l'automne 2008. Ou comme le résume un élu ségoliste : «Ou Hollande fait dans le concret, ou il nous enfume une fois de plus».

Ségolène Royal, elle, ne cache pas son intention de
prendre son temps. «Je suis optimiste, nous avons du temps devant nous pour mener la rénovation du parti». Moyennement applaudie aujourd'hui par les militants, l'ex-candidate socialiste sest posée en mère de famille responsable, demandant aux responsables socialistes de se «parler» pour que «le parti change» et que «l'imagination revienne». Un appel au jeu collectif qui a quand même ses limites, comme assister au discours de François Hollande dimanche.