L’école dans le collimateur

— 

Xavier Darcos a détaillé jeudi les activités éducatives après la classe qu'il entend mettre en oeuvre dans 900 collèges prioritaires à la rentrée, réclamant le concours de collectivités territoriales qui sont plutôt "favorables" à condition d'obtenir un accompagnement financier.
Xavier Darcos a détaillé jeudi les activités éducatives après la classe qu'il entend mettre en oeuvre dans 900 collèges prioritaires à la rentrée, réclamant le concours de collectivités territoriales qui sont plutôt "favorables" à condition d'obtenir un accompagnement financier. — Olivier Laban-Mattei AFP/Archives

N’en déplaise à Xavier Bertrand, pour qui cette rentrée sociale sera «comme les autres», le mois de septembre devrait être rude pour l’enseignement français, visé par un rapport et un documentaire accablants.

...Posez toutes vos questions aux profs et aux syndicalistes en cliquant ici...

Le primaire visé par un rapport


Selon un rapport critique du Haut Conseil de l'éducation (HCE), l’enseignement primaire n’est pas à la hauteur, notamment dans le traitement de l'échec scolaire précoce.

Le texte, qui doit en principe être rendu public le lundi 27 août, s’appuie sur un précédent rapport, remis en 1998 à Ségolène Royal, alors ministre déléguée à l'enseignement scolaire. Intitulé «Améliorer l'efficacité de l'école primaire», il mettait également en cause le système éducatif français, estimait à «25 % d'une classe d'âge la proportion des élèves en difficulté ou en grande difficulté à l'entrée du collège» et appelait à un «recentrage» sur les apprentissages.

Dix ans plus tard, les conclusions devraient être, peu ou prou, les mêmes : l'inspecteur général Jean Ferrier, auteur du rapport de 1998, a été auditionné par le HCE et «devrait tout à fait se retrouver dans notre texte», assure un des auteurs cité par «Le Monde».

«Un grand corps malade»

Autre coup de canif dans le mammouth, le documentaire d’Emmanuel Amara et Jean-Philippe Amar, « Education nationale, un grand corps malade», diffusé sur Canal + le 3 septembre à 20h55. L’enquête, menée pendant un an, démontre étape par étape les absurdités d’un système qui fabrique de plus en plus de bacheliers (83,3% de reçus pour l'édition 2007) sans penser leur accompagnement en université. Chaque année, 160.000 d’entre eux quittent la fac sans qualification. Un fiasco.

La force du documentaire, ce sont les témoignages. «C'est une escroquerie monstrueuse de dire : “vous avez le bac, vous allez en fac”», assène un professeur de lettres qui rappelle qu'on compte 50% d'échec la première année. «Le bac présente un enjeu capital, c'est le paravent du désastre, renchérit un professeur de français. Si on enlève le paravent, on va découvrir les ruines».

Une professeur d'anglais affirme donner à ses élèves des cours de grammaire française pour leur permettre d'apprendre la grammaire anglaise. A peine un quart des collégiens maîtriseraient les enseignements de base, 15% d’entre eux auraient des difficultés en la lecture à leur entrée en sixième. De quoi tirer la sonnette d’alarme.

Ces deux documents à charge arrivent au plus mauvais moment : le ministre de l’Education nationale Xavier Darcos vient d’annoncer que plus de 11.000 postes seraient supprimés en 2008.

Vous voulez réagir à ces informations? Donnez-donc votre avis, ci dessous...