Pas d'élément permettant d'impliquer Evrard dans d'autres affaires

— 

Francis Evrard a-t-il commis toutes les agressions qu’il revendique? Alors que le pédophile récidiviste de 61 ans, accusé d’avoir abusé du jeune Enis la semaine dernière, a déclaré «avoir connu une quarantaine d’enfants», le parquet de Lille a indiqué mardi qu'il n'y avait à ce jour «pas d'élément» permettant d'impliquer Evrard dans d'autres affaires d'agressions sexuelles ou de viols sur mineurs.
 
«Aucune autre plainte»
 
Interrogée au sujet de la déclaration d’Evrard, la vice-procureur de la République de Lille, Valérie Courtalon, a souligné qu'il n'y avait «aucune autre plainte ou affaire» et «aucun élément tangible (...), aucun élément matériel qui nous permettent de dire qu'il y a d'autres victimes».
 
«Concernant un délinquant sexuel multirécidivisite, les policiers n'excluent jamais qu'il y ait eu d'autres victimes. Leur premier réflexe, dans les premières heures qui ont suivi la découverte du petit Enis, a été de vérifier dans les plaintes, localement et récemment, en matière d'abus sexuels, s'il y avait des rapprochements à faire», a-t-elle ajouté.
 
Deux médecins pour la prescription de Viagra
 
Les vérifications se poursuivaient mardi à Caen, où un médecin exerçant à la prison aurait prescrit du Viagra à Francis Evrard, et à Rouen, où le pédophile aurait acheté le médicament dans une pharmacie. Valérie Courtalon a précisé qu' «il n'y (avait) pas de certitude absolue sur le fait que ce soit le médecin qui s'est présenté» de lui-même aux policiers qui ait prescrit le Viagra.
 
«Il voit sur une journée un très grand nombre de détenus, ce qui fait qu'il ne se souvient pas forcément de leur visage à tous. Il pense qu'il peut être le prescripteur, mais sans qu'il y ait de certitude absolue», a-t-elle dit. Elle a souligné que «c'est un autre nom qui apparaissait en procédure à l'origine». «Est-ce qu'il y a une erreur de Francis Evrard? Est-ce qu'il y a un autre médecin qui est intervenu ponctuellement, dont il n'a pas mémorisé le nom? Là-dessus, il faut être très prudent», a insisté la procureur.