A gauche aussi, les vacances sont finies

POLITIQUE Verts, LCR, Royal, Montebourg, PS et même les Gracques tiennent leurs universités d'été...

— 

Désemparée par ses défaites électorales, bousculée par l'offensive d'un président qui sème la zizanie en son sein, dans le doute sur son projet politique et sa stratégie d'alliances, la gauche, PS en tête, mise sur le temps pour se reconstruire.
Désemparée par ses défaites électorales, bousculée par l'offensive d'un président qui sème la zizanie en son sein, dans le doute sur son projet politique et sa stratégie d'alliances, la gauche, PS en tête, mise sur le temps pour se reconstruire. — Eric Feferberg AFP/Archives

A rentrée du gouvernement, rentrée de l'opposition de gauche. Verts et Ligne communiste révolutionnaire ouvriront la série des universités d'été: les premiers à Quimper (Finistère) de jeudi à dimanche, la LCR à Port-Leucate (Aude) de vendredi à mercredi.
    
Une semaine avant les universités d'été du PS à la Rochelle (31 août-2 septembre), Ségolène Royal organise dans sa ville de Melle (Deux-Sèvres) une fête de la Rose samedi. Les participants sont invités à un pique-nique musical, suivi par une allocution de l'ancienne candidate. Le lendemain, à Frangy-en-Bresse, ce sera le tour du député PS de Saône-et-Loire Arnaud Montebourg. Sa fête de la Rose - à laquelle assistait l'an dernier la présidente de Poitou-Charentes - marque traditionnellement la rentrée des socialistes. Le tonitruant député accueillera cette année «le contre-gouvernement des députés socialistes à l'Assemblée nationale», Aurélie Filipetti, Gaëtan Gorce, Philippe Martin, Sandrine Mazetier et Manuel Valls.
    
Dimanche, les Gracques, anciens collaborateurs des gouvernements socialistes qui avaient plaidé durant la campagne présidentielle pour une alliance du PS et du centre, organisent eux aussi une université d'été sur le thème: «les raisons de la défaite - les voies de la refondation». Avec, en special guest, l'ancien Premier ministre Michel Rocard.