Nicolas Sarkozy à l'Elysée.
Nicolas Sarkozy à l'Elysée. — Patrick Kovarik AFP

POLITIQUE

Nicolas Sarkozy fait sa rentrée

Trois réunions sont prévues à l'Elysée lundi, dont une avec le père d'Enis...

Les joggings à Wolfeboro, c'est fini. Mais Nicolas Sarkozy, rentré dimanche matin de ses vacances américaines, aura tout de même besoin d'endurance pour sa rentrée lundi avec pas moins de trois réunions ministérielles organisées à l'Elysée. La première, à 10h, est consacrée au «pouvoir d'achat, la croissance et la situation économique et financière», sur fond de crise boursière internationale et de rejet par le Conseil constitutionnel de la rétroactivité des avantages fiscaux sur les emprunts immobiliers.

Les deux suivantes, dans l'après-midi, porteront sur l'immigration et les «mesures de sûreté contre les criminels dangereux», selon les services de la présidence.

Le président de la République recevra, en compagnie de François Fillon, Rachida Dati (Justice), Michèle Alliot-Marie (Intérieur) et Roselyne Bachelot (Santé), Mustafa Kocakurt, le père d'Enis, 5 ans, enlevé et violé mercredi à Roubaix (Nord). «Je voudrais lui poser beaucoup de questions: comment cela a-t-il pu arriver? J'ai lu dans la presse ce matin que ses codétenus et les gardiens de sa prison étaient sûrs qu'il allait récidiver...», a expliqué l'intéressé, en référence au pédophile récidiviste Francis Evrard, mis en examen et écroué vendredi soir pour le rapt et le viol d'Enis. «Je demanderai au président qu'il tienne les promesses qui m'ont été faites» de durcir la loi contre les délinquants sexuels récidivistes, a ajouté celui qui a déjà reçu dimanche matin la visite de «soutien» de la ministre de la Justice, Rachida Dati. «Je vais me battre pour que d'autres enfants ne subissent pas ce qu'a subi mon petit bout de chou».

La réunion a pour objectif, selon l'Elysée, d' «étudier les mesures qu'il convient de prendre, en particulier en s'inspirant des exemples étrangers, pour garantir que les personnes condamnées pour des agressions graves, notamment d'ordre sexuel, ne soient plus en situation de recommencer de tels actes une fois purgée leur peine de prison».