La Martinique dans l'oeil du cyclone

CATASTROPHE Le cyclone Dean provoque des vagues de 10 mètres de hauteur. Deux bébés naissent sous les vents…

avec AFP

— 

Les premiers effets du cyclone "Dean" ont été enregistrés jeudi en début de soirée en Martinique avec le passage d'une "première ligne de grains", selon météo-France.
Les premiers effets du cyclone "Dean" ont été enregistrés jeudi en début de soirée en Martinique avec le passage d'une "première ligne de grains", selon météo-France. — AFP/NOAA
La Martinique a été placée vendredi peu après 1h00 heure locale (7h00 à Paris) en «vigilance cyclonique violet», d'après le poste de commandement opérationnel de Desaix (Fort-de-France). C'est le niveau maximal en cas de tempête.

Concrètement, le passage à la vigilance «violet» signifie que les effets de l'ouragan Dean sont imminents sur la Martinique. A midi (heure de Paris), le centre du cyclone était au-dessus du sud de l'île et frôle Sainte-Lucie. 
  

Privés d'électricité


Vers 8h 30 (14h30 à Paris), deux tiers des abonnés martiniquais d'EDF étaient privés d'électricité a annoncé  Laurent Bigot, le directeur de cabinet du préfet de Région.

Deux bébés

Compte tenu du caractère extrêmement dangereux du phénomène, il est demandé à tous de se confiner. Au point que les services d'urgence ne peuvent sortir. «Sauf cas d'urgence extrême», rectifie Jean-Noël Degrace, le chef du service Météo France en Martinique. Depuis que la tempête fait rage, les pompiers ont effectué une sortie pour venir en aide à une femme enceinte. Au total, sous les vents de Dean, «nous avons eu la naissance de deux bébés», poursuit le météorologiste, joint au téléphone par 20minutes.fr.

Deux naissances qui ont eu lieu à
l'hôpital de Redoute. Les sages-femmes de l'établissement ont pu travailler et aider à la naissance d'Anna Jessy et Mathis Alain. Un troisième enfant de la tempête devrait bientôt arriver, selon les services de la maternité.

Avec des rafales atteignants les 180 km/h et des vagues hautes de 10 mètres, il est déconseillé de sortir. Les habitants doivent se réfugier dans la pièce la plus sûre et de ne pas circuler à l'extérieur sous peine de poursuite. Une règle qui a été bien suivie, selon Raymond Jean-Noël, membre du cabinet de la préfecture: «Toutes les rues sont vides», nous a t-il declaré ce matin.

«Les gens se sont bien préparés. Depuis trois jours, les Martiniquais se sont fournis en bois et en matériel pour protéger leurs habitations. Les bateaux ont été amarrés.», raconte Jean-Noël Degrace.

Selon Météo France, le cyclone et ses vents violents vont s'attarder entre 3 et 4 heures. Mais même après son passage l'accès à la mer restera dangereuse. «Il faudra attendre samedi», explique Météo France.

Dean est le plus gros ouragan depuis 27 ans. Les deux derniers sont David en 1979 et Allen en 1980. En 1963, Edith, un cyclone de type tempête tropicale, avait provoqué de gros dégâts. Un cyclone qui est resté dans les mémoires puisque selon Jean-Noël Degrace: «Beaucoup de Martiniquais s'en souviennent .»

Cette année, une quinzaine de cyclone devraient naître en Atlantique. «Mais tous, rassure Jean-Noël Degrace, ne deviendront pas un ouragan comme Dean.»