Le deuxième enfant retrouvé mort dans l'immeuble incendié en Ariège

DRAME Son fère de quatre mois est lui aussi décédé...

— 

Le corps d'un petit garçon de cinq ans a été retrouvé vendredi en milieu de journée dans les décombres d'un appartement d'Ax-les-Thermes (Ariège), où son petit frère, un bébé de quatre mois était déjà décédé jeudi soir dans l'incendie de l'immeuble , a-t-on appris de source judiciaire.

Brûlé à 60%

Le corps de l'enfant, en partie carbonisé, a été retrouvé sur le matelas qui servait de canapé, à l'endroit que les parents avaient indiqué, a expliqué à l'AFP le procureur de la République de Foix, Antoine Leroy.

Lors de l'incendie, dans la soirée de jeudi, la mère des deux enfants avait tenté de sauver son fils de quatre mois, dont le corps a été brûlé à 60%. Les pompiers avaient essayé en vain de le réanimer. Son frère de cinq ans était toujours recherché.


Autopsie en début de semaine prochaine

«Selon les témoignages recueillis hier soir, les pompiers auraient trouvé les parents sortant de l'immeuble avec le bébé, mais tout cela est à confirmer, l'enquête est en cours pour savoir exactement ce qu'il en est», avait indiqué à l'AFP la directrice des services du cabinet de la préfecture d'Ariège, Véronique Castro.

Une autopsie aura lieu en début de semaine prochaine pour déterminer les causes exactes - intoxication par les fumées ou brûlures - de la mort des deux enfants.

Troisième étage effondré


Les travaux de déblaiement ont commencé vendredi en milieu de matinée. «Le troisième étage s'est effondré sur le deuxième», où les parents et leurs deux enfants résidaient, a ajouté le procureur, précisant que l'homme habitant au troisième étage était absent au moment du drame.


L'incendie s'est déclaré vers 19h30-20h dans ce bâtiment du vieux centre-ville d'Ax, où les maisons sont collées les unes aux autres, a précisé Véronique Castro. Il a été circonscrit vers minuit par une cinquantaine de pompiers

Famille connue des services sociaux

L'origine du sinistre reste pour l'instant inconnue. La famille, en grande précarité, résidait dans ce bâtiment et était connue des services sociaux. Les parents, incommodés par la fumée mais surtout «très choqués», ont été transportés au centre hospitalier à Foix et n'ont pu être interrogés jeudi soir.