Régionales: La Voix du Nord prend position contre Marine Le Pen

© 2015 AFP

— 

La Une de la Voix du Nord, le 8 septembre 2014
La Une de la Voix du Nord, le 8 septembre 2014 — DENIS CHARLET AFP

Fait rarissime, le grand quotidien régional La Voix du Nord a pris position lundi contre une éventuelle élection de Marine Le Pen à la tête de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, provoquant l'indignation de la présidente du Front national.

«Pourquoi une victoire du FN nous inquiète», titre sur toute sa une La Voix du Nord, à six jours du premier tour du scrutin. «La région a-t-elle vraiment besoin du Front national?», s'interroge aussi Nord Éclair. Les deux titres du groupe La Voix du Nord (VDN) publient la même double page.

Selon un sondage BVA publié dimanche, Mme Le Pen l'emporterait au second tour le 13 décembre, en cas de triangulaire comme en cas de duel.

À quelques heures d'un meeting de Mme Le Pen prévu lundi soir à Lille, La Voix du Nord expose ses arguments: «Parce que nous ne portons pas les mêmes valeurs» que le FN, «parce qu'il n'a pas l'expérience», «parce que la région est naturellement ouverte» et pas repliée sur elle-même, et «parce qu'il menace la solidarité nordiste». Un deuxième «volet de l'enquête» paraîtra mardi.

«Une telle prise de position est exceptionnelle», a commenté Christian Delporte, historien des médias. «La presse quotidienne régionale, qui est par nature consensuelle et d'ordinaire très prudente, ne prend généralement pas position pour une élection nationale, et moins encore pour une élection locale ou régionale», a-t-il dit à l'AFP.

Dans un éditorial, le directeur de la rédaction de La VDN, Jean-Michel Bretonnier, écrit qu'en cas de victoire du FN, «les ferments de la division seront à l'œuvre, diffusés par un parti aux deux visages». «Il s'inscrit dans le jeu démocratique sans renoncer à sa radicalité; il adopte une posture +anti-établissement+ en profitant du système», ajoute-t-il.

Cette initiative a reçu «l'approbation totale» de la direction générale du groupe, a indiqué M. Bretonnier. Début novembre, le grand patron nordiste Bruno Bonduelle avait déjà mis en garde contre «le repli sur soi» que signifierait selon lui une victoire de Mme Le Pen.

- 'Un tract pour le PS' -

«J'ai le sentiment d'avoir fait mon métier de journaliste, qui est de rapporter des faits mais aussi de décrypter, d'aller au-delà des apparences», a déclaré M. Bretonnier à l'AFP. Il a rappelé que La Voix du Nord, journal fondé à la Libération, était au départ «le nom d'un réseau de la Résistance», qui ne pouvait notamment cautionner les propos du cofondateur du FN, Jean-Marie Le Pen, sur l'Holocauste.

Mme Le Pen a jugé «profondément scandaleux» cette prise de position. «C'est un tract pour le Parti socialiste», a-t-elle lancé. Elle y a vu «la contrepartie des neuf millions de subventions qu'ils ont touchés du conseil régional socialiste sous cette mandature» (2010-2015).

Selon un communiqué du FN, «la déconnexion de La Voix du Nord -assumant enfin un engagement et un parti pris que nous connaissions déjà- avec son lectorat, est gravissime de la part d’un média supposé exercer un rôle d’information libre, qui plus est avec l’argent du contribuable».

L’équipe de campagne de Mme Le Pen «prépare un référé devant le TGI de Lille en cas de non-parution» du droit de réponse adressé au journal.

De son côté, La Voix du Nord a répliqué que Mme Le Pen «fait un amalgame délibéré». «Ce n'est pas La Voix du Nord, mais la chaîne de télévision régionale Wéo, dans laquelle notre groupe compte 34% du capital, qui reçoit 1,5 million d'euros par an d'aide à la production de programmes audiovisuels précis.»

La tête de liste PS, Pierre de Saintignon, a accusé la candidate du FN de «flagrant délit de mensonge sur presque tout».

À l'autre bout de la France, dans la région Paca où là aussi le FN est en tête, le quotidien La Provence n'a «pas l'intention de prendre position dans le scrutin». «La Voix du Nord a fait un choix partisan, ce n'est pas notre choix», a expliqué à l'AFP le directeur des rédactions, Jean-Michel Marcoul.