La France traumatisée rend hommage à ses morts et se prépare aux obsèques

© 2015 AFP

— 

Des personnes venus rendre hommage aux victimes des attentats de Paris défilent à Montpellier le 22 novembre 
2015
Des personnes venus rendre hommage aux victimes des attentats de Paris défilent à Montpellier le 22 novembre 2015 — PASCAL GUYOT AFP

Des milliers de personnes ont continué de rendre hommage en France aux victimes des attentats du 13 novembre dimanche.

A Paris, les badauds se sont encore pressés sur les lieux des attentats et sur la place de la République, où des anonymes s'organisent pour protéger les innombrables souvenirs disposés autour de la statue et abîmés par la pluie de la veille. Sur le piédestal sont entassés bouquets de fleurs, bougies et dessins.

En province, des milliers de personnes sont descendus dans la rue: 3.000 à Montpellier, «pour la paix», 3.000 à Concarneau, en hommage à Estelle Rouat, 25 ans, tuée dans l'attentat du Bataclan et originaire de la commune.

«Une des raisons pour laquelle tellement de gens sont morts, c'est parce qu'ils étaient tellement nombreux à ne pas vouloir quitter leurs amis. Il y en a tellement qui se sont mis devant quelqu'un», a déclaré Jesse Hughes, le chanteur de Eagles of Death Metal qui se produisait au Bataclan au moment du carnage.

Très ému, il a également raconté comment tous les gens qui avaient réussi à se réfugier dans la loge du groupe avaient été assassinés à l'exception d'un seul.

Un grand nombre d'obsèques des 130 morts du 13 novembre vont se dérouler au cours de la semaine. Un enterrement a déjà eu lieu, celui de Sébastien Proisy, 38 ans, samedi à Hasnon (Nord), rapporte la Voix du Nord. L'hommage national se déroulera vendredi aux Invalides.