Le Pen sur France 2: Cambadélis et Sarkozy se sont parlé, «partagent la même analyse»

© 2015 AFP

— 

La présidente du FN Marine Le Pen à Lyon le 20 octobre 2015
La présidente du FN Marine Le Pen à Lyon le 20 octobre 2015 — JEAN-PHILIPPE KSIAZEK AFP

Nicolas Sarkozy (Les Républicains) et Jean-Christophe Cambadélis (PS) «partagent la même analyse» de l'invitation jeudi de Marine Le Pen sur France 2 à un mois et demi des régionales, et vont envoyer chacun une lettre au CSA, a-t-on appris mercredi auprès des deux partis.

«Nicolas Sarkozy et Jean-Christophe Cambadélis se sont parlé par téléphone. Ils partagent la même analyse concernant cette affaire, c'est une violation manifeste de la règle républicaine de l'équité du temps de parole», a-t-on indiqué dans l'entourage de Nicolas Sarkozy.

«Cambadélis et Sarkozy sont convenus d'envoyer chacun une lettre au CSA», a-t-on appris au siège du Parti socialiste.

Dans une lettre dont l'AFP a eu copie, Frédéric Péchenard, directeur général des Républicains, critique France 2 qui «à deux jours du début de la campagne offre une exposition médiatique de grande envergure à un candidat, tête de liste dans l'une de nos 13 régions».

«Est-il besoin de rappeler le rôle du service public télévisuel dans notre pays, garant du pluralisme en période électorale ? Est-il besoin de rappeler l'exigence de neutralité, d'équité, et d'honnêteté qui lui incombe ?», demande-t-il.

«Qui peut soutenir la distinction artificielle entre le rôle de présidente du parti de Mme Le Pen et celui de candidate aux régionales pour justifier le bien-fondé d'une telle invitation ?» interroge encore ce proche de Nicolas Sarkozy.

«Seul Xavier Bertrand est susceptible d'être le contradicteur face à Mme Le Pen puisqu'il est le candidat de notre formation politique face à la représentante du FN dans la région» Nord-Pas-de-Calais-Picardie que celle-ci vise, assure M. Péchenard, faisant écho à une protestation du candidat LR vendredi.

M. Péchenard précise qu'il «n'est pas question ici de vouloir débattre ou non avec Mme Le Pen. Nous ne nous sommes jamais dérobés», écrit-il dans cette lettre adressée en copie à Delphine Ernotte, présidente du groupe public.

Le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis avait écrit à Nicolas Sarkozy, président des Républicains, pour lui proposer qu'ils saisissent ensemble le CSA pour protester contre cette cinquième invitation sur 36 émissions.