Le service minimum dans l’éducation est «indispensable»

SOCIAL Le ministre du Travail Xavier Bertrand soutient les propos du Premier ministre...

— 

Le ministre du Travail Xavier Bertrand a indiqué dimanche que le contrat de travail unique "ne serait pas un prolongement du CNE" (contrat nouvelles embauches), et comporterait "une obligation de motiver le licenciement" contrairement à ce dispositif très contesté.
Le ministre du Travail Xavier Bertrand a indiqué dimanche que le contrat de travail unique "ne serait pas un prolongement du CNE" (contrat nouvelles embauches), et comporterait "une obligation de motiver le licenciement" contrairement à ce dispositif très contesté. — Patrick Kovarik AFP/Archives

Xavier Bertrand enfonce le clou. Alors que François Fillon évoquait mardi l’hypothèse d’étendre le projet de loi sur le service minimum à l’éducation, le ministre du Travail va plus loin, estimant mercredi qu’il est «indispensable» que les enfants puissent être accueillis à l'école.

«Plaçons nous d'un point de vue pratique (...) s'il y a une grève il faut quand même s'organiser pour savoir ce qu'on va faire avec les enfants», a exposé sur France Inter le ministre. «Si vos enfants vont au lycée ou au collège, le problème est moins important, mais si c'est dans le primaire et qu'il y a une grève, il faut trouver une possibilité d'accueil avec une assistante maternelle ou la famille», a-t-il expliqué, en citant l'exemple de sa propre fille «qui a moins de 12 ans».

«Une rentrée conflictuelle»

«Maintenant, la question c'est quel est le bon vecteur juridique, une loi ou autre, c'est à déterminer», a ajouté le ministre, dont la loi sur le service minimum dans les transports est à l'examen depuis mardi au Sénat. «Par contre, sur la finalité», le gouvernement n'a aucun doute : «Oui nous voulons renforcer les services minimums, cela veut donc dire renforcer les services publics.»

François Hollande a accusé François Fillon, mercredi, de se livrer à «une forme de provocation» et de favoriser «une rentrée conflictuelle». «Déjà cette question crée problème. Dire maintenant qu'il faudrait généraliser le service minimum à tous les services publics, et notamment à l'Education, c'est créer immédiatement une réaction dans l'Education nationale. On voudrait favoriser une rentrée conflictuelle qu'on ne s'y prendrait pas autrement», a déclaré le dirigeant PS.

Participez au débat et dites-nous ce que vous pensez que ce projet de loi va donner, en cliquant ici