L'UMP et le Nouveau centre font bloc derrière Rachida Dati

JUSTICE Ils apportent un soutien total à son projet de loi sur la récidive...

— 

"Dans toutes les familles, il y a des moments difficiles, des histoires difficiles, des étapes difficiles. Je n'en dirai pas plus. Je ne ferai pas de commentaire. Il serait mal venu en tant que garde des Sceaux de faire des commentaires... Par pudeur, je n'irai pas plus loin", a-t-elle ajouté sur RTL.
"Dans toutes les familles, il y a des moments difficiles, des histoires difficiles, des étapes difficiles. Je n'en dirai pas plus. Je ne ferai pas de commentaire. Il serait mal venu en tant que garde des Sceaux de faire des commentaires... Par pudeur, je n'irai pas plus loin", a-t-elle ajouté sur RTL. — Olivier Laban-Mattéi AFP/Archives

S’ils s’étaient montrés hostiles à certains points du «paquet fiscal», les députés du Nouveau centre (NC) ont en revanche apporté leur franc soutien au projet de loi sur la récidive présenté ce mardi à l’Assemblée nationale. Il vise à instaurer des peines plancher et à écarter dans certains cas l'excuse de minorité pour les 16-18 ans.

>> Suivez le grand oral de Rachida Dati à l'Assemblée sur 20minutes.fr....

Les élus NC ont également salué «la compétence et l'intelligence» de la garde des Sceaux Rachida Dati. «Nous allons voter ce texte. Nous avons une quinzaine d'amendements à défendre. On va être aussi attentif à faire en sorte que ce qu'ont fait nos collègues sénateurs centristes puissent être relayés ici à l'Assemblée», a déclaré le porte-parole du groupe, Nicolas Perruchot, lors de son point de presse hebdomadaire.

Pour le député NC, le projet Dati «est un texte qui répond à une attente de la population et qui permettra aussi de corriger des comportements parfois complexes face auxquels les élus locaux sont assez démunis».

Moins surprenant, le groupe UMP à l'Assemblée nationale a aussi apporté mardi son «soutien total» à Rachida Dati, estimant que cette dernière avait été ces derniers jours «l'objet d'attaques excessives». «Elles ont des relents insupportables faits de jalousie et de xénophobie», a affirmé le président (UMP) de l’Assemblée nationale, Bernard Accoyer, en référence aux nombreuses critiques dont Rachida Dati fait l'objet depuis la démission de quatre membres de son cabinet et les révélations sur les déboires judiciaires de deux de ses frères

«Débattre avec courtoisie»


Du coté de l’opposition, le groupe SRC (socialiste, radical et citoyen) à l'Assemblée a annoncé mardi qu’il voterait contre ce projet de loi, qui «comporte des aspects inefficaces et dangereux», selon le député PS Manuel Valls. «Nous débattrons avec la courtoisie qui doit être la nôtre et le respect de la garde des Sceaux qui fait l'objet d'attaques inadmissibles», a toutefois souligné le député. Le groupe PS a déposé entre 10 et 15 amendements au texte.