Gare au Primperan contre les nausées de l'enfant

SANTE Le surdosage de ce médicament peut induire des effets neurologiques indésirables...

— 

Une très large majorité des femmes (84%) aimeraient que le congé maternité légal "dure plus longtemps", même si plus d'un tiers d'entre elles, surtout les cadres, estiment que cette interruption a eu un impact négatif sur leur carrière, selon une étude publiée vendredi.
Une très large majorité des femmes (84%) aimeraient que le congé maternité légal "dure plus longtemps", même si plus d'un tiers d'entre elles, surtout les cadres, estiment que cette interruption a eu un impact négatif sur leur carrière, selon une étude publiée vendredi. — Didier Pallages AFP/Archives

S’il soulage les vomissements de l'enfant et du nourrisson, le Primperan doit être utilisé avec précaution. L'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) met en garde mardi contre les risques d’un surdosage, qui peut induire des effets neurologiques indésirables.

Torticolis

Spasmes du visage, contraction des mâchoires, mouvements anormaux des yeux, difficulté pour avaler ou pour parler, torticolis... Des cas de mésusage chez l'enfant et le nourrisson ont été mis en évidence par une enquête de pharmacovigilance, indique l'agence.

Des effets déjà mentionnés dans le Résumé des caractéristiques du produit (RCP) et la notice du médicament. Le métoclopramide contenu dans le Primperan est même inscrit sur la Liste I des substances vénéneuses, le soumettant ainsi à une prescription médicale non renouvelable sans avis médical, précise l'Afssaps.

Le Primperan 2,6 mg/ml en solution buvable, qui dispose d'une autorisation de mise sur le marché en France depuis novembre 2002, est la seule présentation autorisée chez l'enfant et le nourrisson. Il ne faut donc pas donner à l'enfant les autres présentations disponibles (suppositoires, comprimés, solutions à boire pour adulte ou injectables).

Six heures entre chaque prise

Chaque prise ne doit pas dépasser 1 goutte/kg avec un maximum par jour de 4 gouttes/kg, à répartir dans la journée. Un intervalle d'au moins 6 heures entre chaque prise, même en cas de rejet partiel ou total de la dose administrée, doit être respecté.