Eventuelles frappes en Syrie: Hollande invoque «la légitime défense»

© 2015 AFP

— 

François Hollande entre Stéphane Le Foll et Jean-Marie Le Guen à l'issue du conseil des ministres le 16 septembre 2015 à l'Elysée à Paris
François Hollande entre Stéphane Le Foll et Jean-Marie Le Guen à l'issue du conseil des ministres le 16 septembre 2015 à l'Elysée à Paris — PATRICK KOVARIK AFP

François Hollande a invoqué mercredi en Conseil des ministres «le principe de la légitime défense» pour justifier d'éventuelles frappes françaises en Syrie, a rapporté le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll.

«Les éventuelles frappes sont liées à une adaptation qui relève du droit à la légitime défense puisque des menaces, en particulier venant de la Syrie et de Daesh concernent directement la sécurité de la France», a affirmé M. Le Foll, rapportant les propos du président.

«La ligne de la France, c'est adapter la politique qui a été conduite jusqu'ici dans le cadre de la coalition en Irak à la Syrie dans le cadre de l'article 51» de la Charte des Nations Unies sur la légitime défense.

Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a pour sa part indiqué mercredi que la France effectuera «dans les prochaines semaines» ses premières frappes aériennes contre l'organisation Etat islamique (EI) en Syrie.

Interrogé par la radio France Inter sur l'échéance à laquelle les chasseurs français, qui effectuent depuis le 8 septembre des vols de reconnaissance au-dessus de la Syrie, passeraient à des frappes, le ministre a répondu: «Dans les prochaines semaines, dès que nous aurons des cibles bien identifiées».