Villepin et Chirac rattrapés par Clearstream

©2007 20 minutes

— 

Retour à la case départ. Jacques Chirac et Dominique de Villepin sont de nouveau inquiétés dans l'affaire Clearstream. Hier, le domicile de l'ancien Premier ministre a été perquisitionné. Une nouvelle expertise informatique les met en cause dans la manipulation dont ont été victimes Nicolas Sarkozy et le juge Van Ruymbeke. Selon des documents trouvés dans un ordinateur du général Rondot, Jean-Louis Gergorin, le stratège d'EADS, aurait « reçu instruction de Dominique de Villepin, elle-même formulée par le président de la République de "balancer" Nicolas Sarkozy ». Les documents citent des propos de Gergorin et d'Imad Lahoud allant dans ce sens. Il s'agissait de communiquer au juge Van Ruymbeke les fameux listings de comptes truqués mettant en cause le gratin politique et industriel français, dont le futur président de la République. Dominique de Villepin a réagi hier en dénonçant des « accusations infondées », il souhaite désormais « disposer du statut de témoin assisté » pour pouvoir se défendre. Son communiqué affirme qu'il n'a « pas cherché à enquêter ni compromettre aucune personnalité politique dans l'affaire Clearstream ». En décembre 2006, l'ancien Premier ministre avait été entendu par les juges comme simple témoin. Il avait alors rejeté toute implication dans le dossier. « C'est une affaire de justice, donc évidemment aucun commentaire », a de son côté communiqué le porte-parole de l'Elysée. A la fin de son mandat, Jacques Chirac avait lui-même écrit aux magistrats instructeurs d'Huy et Pons qu'il ne se rendrait pas à leur convocation.

Sur www.20minutes.fr

Suivez les rebondissements

de l'affaire Clearstream

audition Hier, les juges devaient entendre l'informaticien Imad Lahoud, vraisemblablement à propos des dernières trouvailles des experts, mais l'audition a été annulée et reportée au 19 juillet. Ils avaient également programmé le même jour l'audition de Gergorin, qui a été elle aussi repoussée. Ils devraient être amenés à expliquer s'ils ont obéi à d'éventuelles instructions de Chirac et Villepin ou s'ils ont pris des initiatives personnelles dans cette affaire.