INTERVIEW – Laurent Wauquiez

« Première réunion organisée le 26 juillet, en Lozère »

crétaire d'Etat auprès du Premier ministre, porte-parole du gouvernement.

Le président de la République et son porte-parole communiquent beaucoup, et dans un style très moderne. Comment pouvez-vous rester audible?

D'abord en évitant la langue de bois et les discours formatés. Je me dois de garder une expression sincère. Si j'ai 32 ans, ce n'est pas pour m'exprimer comme un notable.

Vous avez lancé l'idée d'aller à la rencontre des Français. Cela reste d'actualité ?

Absolument. La première réunion sera organisée le jeudi 26 juillet, en Lozère. Puis ce genre de rencontre aura lieu tous les 15 jours, le jeudi. Nous en prévoyons à Paris, Toulon, Nancy, Lyon. L'une d'elles aura lieu dans un quartier sensible. C'est une demande de Nicolas Sarkozy et de François Fillon. Je ne suis pas seulement là pour porter la parole du gouvernement mais aussi pour rapporter les attentes des Français. Mon rôle consiste aussi à détecter les problèmes, puis à en faire part au Premier ministre et au Président. Je rédigerai donc une note à leur intention après chaque réunion.

Concrètement, à quoi ressembleront ces rencontres?

Une quarantaine de Français seront invités, je réfléchis à la meilleure formule. Mon objectif est que les personnes présentes soient représentatives de leur région. La réunion durera une heure et demie. Je prendrai la parole dix minutes, le reste du temps sera consacré aux questions et aux observations des gens. Les médias ne seront pas exclus, mais le but n'est pas la surmédiatisation, il ne faut pas que cela tourne au gadget.

Pourquoi sélectionner les invités. Pour éviter les questions trop gênantes ?

Non, c'est simplement pour éviter la foire d'empoigne avec des assemblées trop militantes. Je veux des réunions ouvertes aux profs, aux artisans, aux commerçants, aux employés. Le gouvernement a besoin de ces relais. Avec cette méthode, on aurait pu anticiper le problème du CPE.

Vous allez empiéter sur le rôle des députés...

Pas du tout car ces réunions seront faites avec les parlementaires.

Rendrez-vous des comptes aux Français qui seront venus vous interpeller ?

J'informerai en effet des suites données à nos rencontres ceux qui le souhaitent, via Internet. Puisque vous évoquez cette notion de résultats, j'ajoute que le porte-parolat va mettre en place une grille d'indicateurs de l'efficacité de chacune des mesures du gouvernement. Combien de logements sociaux construits, combien de bénéficiaires de l'exonération des droits de succession... Tout ceci sera consultable sur le Web.

Il était aussi question de dépoussiérer le traditionnel compte rendu du Conseil des ministres. Qu'en est-il?

J'ai l'intention de cesser de lire un simple communiqué aux journalistes. Je veux adopter un ton vivant. Le Conseil des ministres ne doit pas être une boîte noire. A la demande du Président, je vais expliquer plus en détail ce qui vient de se dérouler. Les journalistes pourront ensuite me poser toutes les questions qu'ils souhaitent. Le tout sera filmé et diffusé sur Internet.

Recueilli par Stéphane Colineau