Les conseillers ont l'oreille du Président

©2007 20 minutes

— 

Deux, trois fois par jour, parfois davantage, le Président les réunit. D'un coup de fil, Nicolas Sarkozy leur ordonne de se présenter, toutes affaires cessantes, dans son bureau.


Peu importe le sujet, il les consulte. Faut-il différer la réforme de l'université pour l'ajuster ? Quelle position prendre sur le Darfour ? Fadela Amara ferait-elle une bonne secrétaire d'Etat ? Henri Guaino, Claude Guéant, Franck Louvrier, David Martinon, Emmanuelle Mignon et Catherine Pégard sont priés de donner leur avis. Puis le Président tranche. Au rythme où va la présiden­tialisation du régime, autant dire que leur influence, immense, n'est pas près de s'éteindre. «Sous Chirac, les conseillers avaient bien sûr beaucoup de poids, mais aujourd'hui, avec un Président omniprésent sur tous les dossiers, on est entré dans une autre dimension, confie un habitué des cabinets ministériels. Ils ont plus d'importance que la plupart des ministres.»

Et Cécilia ?

De ces fortes personnalités, Claude Guéant est la plus centrale. Henri Guaino est l'autre personnage dominant du groupe. Emmanuelle Mignon et, plus surprenant, l'ex-journaliste du Point Catherine Pégard, ont aussi l'oreille de Nicolas Sarkozy. Franck Louvrier, expert en communication, et David Martinon, porte-parole de l'Elysée, font figure de « spin doctors » du groupe.


Ainsi énoncée, la liste peut susciter cette interrogation : qu'en est-il de Cécilia Sarkozy, longtemps principale conseillère de son époux ? Aujourd'hui, elle assiste parfois à des réunions, mais c'est peu dire que son rôle reste flou. « Cécilia Sarkozy est la femme du Président, elle est donc indispensable », se contente-t-on d'affirmer à l'Elysée.