Manifestations devant les grands magasins

SOLDES Une intersyndicale proteste contre les horaires…

Magali Gruet

— 

Les trottoirs des grands boulevards étaient particulièrement bondés mercredi midi, mais le début des soldes n’était pas le seul responsable de l’affluence. Plusieurs centaines de salariés des Galeries Lafayette, du Printemps, d’H&M et de C&A ont manifesté à l’appel d’une intersyndicale CGT, FO et CFTC pour protester contre les horaires étendus lors des périodes de soldes, le travail du 14 juillet et les bas salaires.


Manifestation aux galeries Lafayette pendant les soldes
envoyé par 20Minutes

Le cortège a défilé boulevard Haussmann en réclamant «150 € d’augmentation» et a investi les étages des Galeries Lafayette toutes proches, sifflets à la bouche, sous l’œil étonné des chalands. «Je gagne 1 300 € brut avec quinze ans de boîte», a expliqué Céline, 37 ans, qui travaille au service gestion marketing des Galeries. «Moi, c’est 1 200 € net avec 24 ans d’ancienneté, je n’ai pas été augmentée depuis onze ans!», raconte Patricia, vendeuse. Mais à la direction des Galeries, la réponse est ferme: «Une augmentation de 150 €, ce n’est même pas la peine d’y penser. Rendez-vous compte de ce que ça ferait sur nos 12000 salariés!» L’entreprise a enregistré 2,4 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2006, mais elle a refusé de dévoiler son bénéfice.

Et le 14 juillet?

Au Printemps, les employés sont particulièrement remontés contre le travail du 14 juillet. «C’est une première, assure Josseline, quarante ans d’ancienneté. On nous explique que c’est sur la base du volontariat, mais c’est faux, car si l’on refuse ils ne nous accordent pas d’augmentation.»
SMIC - Les manifestants distribuaient des tracts assurant que 50 % des salariés des grands magasins étaient payés au smic. Aux Galeries Lafayette, la direction assure que «pratiquement plus personne» n’est au smic.