«Cet été sera très chaud»

Propos recueillis par Mohamed Najmi

— 

De violents orages ont entraîné la coupure de plusieurs routes, dont des bretelles de l'autoroute A7, pendant toute la nuit de dimanche à lundi, et endommagé de nombreuses habitations au sud-est de Lyon, a-t-on appris lundi auprès des pompiers.
De violents orages ont entraîné la coupure de plusieurs routes, dont des bretelles de l'autoroute A7, pendant toute la nuit de dimanche à lundi, et endommagé de nombreuses habitations au sud-est de Lyon, a-t-on appris lundi auprès des pompiers. — Jean-Philippe Ksiazek AFP/Archives

Pluies diluviennes en Angleterre, températures qui frôlent les 50 °C en Europe de l’Est et sur le pourtour méditerranéen, cohorte d’orages qui parsème le ciel depuis deux mois. Elodie Callac, météorologue à Météo France, explique les intempéries qui touchent actuellement l’Europe.

A voir les dernières photographies des intempéries qui ont touché de nombreux pays européens...

Est ce que les intempéries qui touchent l’Europe en ce moment sont exceptionnelles?
Non. Les pluies et les orages sont de saisons… Ce qui est exceptionnel, c’est la différence importante de température entre les masses d’air frais venant du nord-Ouest de l’Europe et les masses d’air chaude qui viennent de l’Equateur. D’où les orages, qui dépendent de la différence entre la température au sol et celle en altitude, plus nombreux et plus violents. La masse d’air froide installée actuellement sur le nord-Ouest de l’Europe (France, Angleterre) empêche l’air chaud de l’Equateur de remonter sur toute l’Europe. En faisant barrage, les poches d’air froid créent, au-dessus de l’Europe de l’Est, une zone où vient se concentrer l’air chaud. Cette situation est exceptionnelle. Et c’est ce qui donne des 46°C en Grèce, 47°C en Italie, 41°C en Bulgarie ou 48°C Tunisie et un 17°C à Paris...

Y a-il un lien entre l’importance et la force de ces masses d’air chaude et le réchauffement climatique?
Il y a effectivement un lien. Sur la dernière année, tous les mois ont été plus chauds que la moyenne, à l’exception du mois d’août 2006 qui lui a été plus froid que le mois d’août 2005. Mais on constate en effet que sur les relevés effectués pendant les 20 dernières années, les dix dernières ont été beaucoup plus chaudes. Ce qui donne un indice sur la réalité du réchauffement climatique. Et d’ici 2100, les températures devraient augmenter de 2 à 5°C...

Il n’y aura plus de saisons?
C’est trop tôt pour le dire mais il y a un fait : l’automne 2006 et le printemps 2007 ont été les plus chauds depuis 1950…

Ces intempéries annoncent-elles une canicule?
On ne peut pas dire cela. Nos prévisions portent sur sept jours. En revanche, nous pouvons dessiner des tendances et il semble que cet été sera très chaud. Il s’agit d’une tendance moyenne. Cela ne veut pas dire qu’il y aura une canicule. On peut très bien avoir des températures à 30 degrés et des gros pics à 50 °C.