La thèse du «jet de mégot»

INCENDIE La progression du feu a été stoppée mais les pompiers craignent une reprise du vent...

— 

La progression de l'incendie qui a parcouru entre 400 et 450 hectares de forêt depuis mardi après-midi dans l'est du Var a été stoppée avant minuit, autorisant le millier de touristes évacués des campings de Roquebrune-sur-Argens à les regagner petit à petit.
La progression de l'incendie qui a parcouru entre 400 et 450 hectares de forêt depuis mardi après-midi dans l'est du Var a été stoppée avant minuit, autorisant le millier de touristes évacués des campings de Roquebrune-sur-Argens à les regagner petit à petit. — Valery Hache AFP

La situation sur le front de l'incendie qui a parcouru 500 hectares de forêt à l'est du département du Var, près du Muy, depuis mardi après-midi, était jugée «satisfaisante» mercredi matin par les pompiers. Ces derniers restaient toutefois «très prudents», craignant notamment une reprise du vent qui a diminué durant la nuit.

Deux trois grosses reprises dans la nuit

Quelque 600 hommes, appuyés par 150 engins, pousuivaient à l'aube leur intervention sur la zone du sinistre. «Il n'y a plus de point chaud sur les lisières (...). Il n'y a plus de brûlots visuels comme hier soir. Il y a eu dans la nuit deux ou trois grosses reprises qui ont été traitées», a précisé le commandant Christophe Pasquini.

L'info se construit avec vous: si vous êtes témoins, envoyez vos photos et vos vidéos à multimedia @ 20minutes.fr

Dès le lever du jour, quatre Canadairs et des hélicoptères bombardiers d'eau doivent reprendre leurs rotations au-dessus du brasier dont la progression a été stoppée. Par précaution, environ un millier de personnes avaient dû être évacuées de quatre camping de Roquebrune-sur-Argens, à quelques kilomètres du Muy, en début de soirée. Ils ont pu regagner dans la nuit leurs hébergements à proximité desquels des pompiers sont restés en faction.

La toiture d'une maison isolée en forêt, un local à piscine ainsi qu'un cabanon de chasse ont été brûlés mais aucune victime n'est à déplorer, selon nos informations.

Les premiers éléments de l'enquête sur l'origine de l'incendie accréditent la «plausibilité d'un jet de mégot» depuis une voiture, a indiqué le parquet de Draguignan (Var) Michel Raffin. «J'ai fait reconstituer par les gendarmes des gestes de jets de mégot et nous sommes dans la plausibilité d'un jet de mégot qui atterrit à 6,50 ou 7m du bitume, ce qui correspond à l'endroit du départ du feu», a indiqué le procureur.

Témoignage d’un chauffeur de car

Les enquêteurs sont partis du témoignage d'un chauffeur de car scolaire qui ramenait d'une excursion des enfants et était suivi de plusieurs parents d'élèves en voiture. Tous ont assisté, vers 16h, au départ du feu en bordure de la route départementale reliant les communes La Motte et du Muy sur laquelle ils circulaient à ce moment-là. L'un des parents a tenté, en vain, d'éteindre les premières flammes tandis qu'un second a pris des photos numériques que le procureur avait, mardi soir, en sa possession. La brigade de gendarmerie du Muy (Var) est chargée de l'enquête.