«J’ai envie de continuer mon itinéraire politique en femme libre»

VERBATIM Ségolène Royal s'explique...

AA

— 

Ségolène Royal et François Hollande, le couple politique inédit, ont officialisé leur séparation dimanche soir. Surprise? Pourtant, les rumeurs sur leur désunion bruissaient depuis le début de l'année.

«Nous avons eu, comme beaucoup de couples, des difficultés. Nous avons décidé de les mettre entre parenthèses pendant la campagne présidentielle», justifie Ségolène Royal sur France Inter, dans un entretien enregistré samedi et diffusé ce lundi matin, «et aussi pendant celle des législatives», ajoute-t-elle, «pour protéger mes enfants». Pendant la campagne législative, oui, mais pas pendant la soirée électorale des législatives, donc, qui a soudain penché vers le vaudeville.

Mais il était temps, d'après Ségolène Royal, de «clarifier les choses». «J'ai proposé à François de vivre sa vie de son côté et il l'a accepté. C'est une séparation de fait: nous ne sommes plus au même domicile».

«J’ai envie de continuer, si je le peux, mon itinéraire politique... En femme libre», lance-t-elle, «sans rancœur ni rancune» envers celui qu’elle appelle encore son «conjoint», François Hollande.

Interrogée sur son avenir au sein du PS, Ségolène Royal souligne que cette question est «disjointe» de l’annonce de la séparation de son couple. François Hollande et elle-même, tous deux pressentis pour prendre la tête du parti socialiste, ne seront pourtant pas «adversaires», assure-t-elle.

François Hollande a déclaré sur France Info qu'il tenait «à séparer la vie politique qui doit avoir ses principes, ses règles et ses fondements, de la vie privée qui doit être protégée. Je veillerai toujours pour les semaines et les mois qui viennent, à avoir cette ligne de conduite. Ca n'a pas de cause politique, ça n'a pas de conséquences politiques».

Quant au timing de cette annonce, qui a pu déplaire à certains en pleine soirée électorale, le numéro 1 a argué que l'annonce de leur séparation, à ce moment-là, était une «décision» de Ségolène Royal.