«La France entre en Sarkozie les yeux ouverts»

C.F.

— 

La «petite» majorité de l'UMP au second tour des élections législatives fait la une de la quasi totalité des quotidiens nationaux de ce lundi.

«Le oui mais des Français» titre ainsi «Le Figaro», qui affiche les sièges bleus et roses en signalant que «le raz de marée bleu horizon n'a pas eu lieu, même si Nicolas Sarkozy et le gouvernement peuvent compter sur une majorité de plus de 320 députés UMP (+ 22 Nouveau Centre)». «Est-ce l'effet de la polémique hâtivement montée en épingle sur la TVA sociale, ou les appels répétés à la résistance contre l'hégémonie sarkozienne ?, s’interroge le quotidien, qui reconnaît que «ce qui s’est produit hier (…) est assurément un avertissement».

«Magic Sarkozy»

«Libération», de son côté, va plus loin en titrant «La droite prend une gauche», estimant qu'«avec environ 230 députés, le PS et le PCf limitent la casse à l'Assemblée, où l'UMP et ses alliés devraient avoir près de 350 députés». «“Magic Sarkozy” n'a pas tout à fait atteint ses objectifs, se félicite Laurent Joffrin. Avant même de commencer, l'état de grâce s'étiole quelque peu. Le Président a remporté une victoire incontestable. Mais la France entre en Sarkozie les yeux ouverts, avec un soupçon de méfiance. Bonne nouvelle pour le débat démocratique, en tout cas.»

«Les Echos» font chorus en titrant «Les Français limitent le succès de la majorité présidentielle». Comme «Le Figaro», le quotidien économique y voit un «avertissement» pour le président de la République. «Avec la polémique sur la TVA sociale, maladroitement lancée par Jean-Louis Borloo au soir du premier tour, le gouvernement a soudain mis fin, cette semaine, à l'impression de machine bien huilée et sûre d'elle qui prévalait depuis la présidentielle. L'Elysée, Matignon et Bercy ont donné des signes évidents de dissonance, sur un sujet, ô combien, sensible.» Le journal annonce par ailleurs qu'un «remaniement est imminent pour intégrer une petite dizaine de secrétaires d'Etat et, surtout, remplacer Alain Juppé, battu à Bordeaux».

C’est l’autre sujet du jour. La défaite du ministre de l’Ecologie et des Transports fait gloser. « Alain Juppé, décidément inéligible», ironise «Libération» qui prophétise «la fin de sa carrière politique». «A peine remonté au sommet, une fois purgée sa condamnation à un an d'inéligibilité, le voilà de nouveau à terre. A 61 ans, il a enregistré hier soir un cuisant échec électoral.»

«La tentation de Venise»

Le journaliste Philippe Goulliaud, du «Figaro», est plus compatissant, évoquant dans une vidéo diffusée sur le site Internet d’une «nouvelle tristesse» pour l’élu bordelais. Selon lui, «Alain Juppé pourrait avoir la tentation de Venise, ou plutôt du Quebec» et mettre les voiles.

Le deuxième sujet qui éclipse les résultats des législatives est bien sûr l’annonce de la séparation entre Ségolène Royal et François Hollande, «la rupture du couple star», pour «Aujourd’hui en France/Le Parisien». «J'ai demandé à François Hollande de quitter le domicile, de vivre son histoire sentimentale de son côté...», cite notamment le journal. Le monde.fr organise quant à lui un chat à 11h30 ce lundi avec Raphaëlle Bacqué et Ariane Chemin, auteures de «La femme fatale» qui révélait déjà les intrigues du couple.