Les casseroles qui pendent au nez du citoyen Chirac

©2007 20 minutes

— 

Juge, peux-tu me dire ce qui m'attend ? Une question que Jacques Chirac, dont l'immunité judiciaire a pris fin ce week-end, pourrait bientôt poser. Le président sortant, qui n'avait pas encore reçu de convocation samedi selon son entourage, apparaît dans six affaires actuellement entre les mains de la justice.

? Les dossiers les plus risqués D'abord, le plus ancien d'entre eux, celui des chargés de mission de la Ville de Paris. Jacques Chirac peut être entendu comme témoin assisté ? un statut entre le simple témoin et la mise en examen ? au sujet des 460 emplois rattachés au cabinet du maire de Paris entre 1983 et 1998. Ensuite, l'affaire des emplois fictifs du RPR. C'est la plus menaçante pour Chirac : elle a entraîné en 2004 la condamnation de son poulain, Alain Juppé. Une demande d'embauche portant la signature de l'ancien président du RPR l'accuse.

? Les dossiers moins inquiétants La Société d'économie mixte parisienne de prestations (Sempap), ancienne imprimerie municipale, est soupçonnée d'avoir financé le RPR via la municipalité quand Chirac était maire. D'autres affaires plus récentes pourraient pousser la justice à entendre l'ancien président. En 2006, une instruction a été ouverte sur la gestion de la compagnie aérienne Euralair. Jacques Chirac et son épouse auraient bénéficié de voyages gratuits. Par ailleurs, il est également cité dans l'affaire Clearstream. Mais si seules ses activités de chef d'Etat étaient visées, il ne risquerait pas grand-chose. Enfin, l'ancien président est soupçonné de connivence avec l'Etat djiboutien, lui-même inquiété dans l'affaire de la mort du juge Borrel.