Les ténors de gauche

LEGISLATIVES Vont-ils survivrent à la vague bleue?

P.K. et A.S.

— 

Vont-ils survivrent à la vague bleue?

3e circonscription de la Gironde

Ballottage favorable pour Noël Mamère (39,82%) face à la candidate UMP Elisabeth Vigné (28,42%). L’actuel député est en bonne position pour garder son siège et imposer à son parti de cumuler les mandats. Les Verts n’en ont plus beaucoup.

6e circonscription de Saône-et-Loire
Rien n’est joué pour Arnaud Montebourg (41,37%), devancé par l’UMP Arnaud Danjean (43,95%). En arbitre, le candidat MoDem (4,58%). Avant le premier tour, un sondage Ifop le donnait vainqueur Arnaud Montebourg à 51%. Très serré.

4e circonscription du Doubs
Pierre Moscovici (35,06%) est en ballottage défavorable pour reprendre le siège occupé depuis 2002 par l’UMP Irène Tharin (41,35%). Il pourra compter sur un faible réservoir de voix à gauche, la candidate FN est arrivée en troisième position.

2e circonscription du Territoire de Belfort
Situation quasi-désespérée pour Jean-Pierre Chevènement (26,03%), très loin derrière le député sortant Michel Zumkeller (43,15%). Le «Che» a fait jouer la corde sensible en indiquant qu’il ne se représenterait pas à la mairie en cas d’échec. Il faudra d’abord attirer toutes les voix qui se sont portées sur le candidat PS dissident (7,25%). Et cela ne suffira sans doute pas.

4e circonscription de Seine-Maritime
Pas de souci pour Laurent Fabius, qui a manqué de peu l’élection au premier tour (49,87%). Dans ce fief de gauche, qui a voté à 56,53% pour Ségolène Royal, Laurent Fabius avait été élu en 2002 avec 68,15% des voix. Un scénario en passe de se réaliser une nouvelle fois.

1ère circonscription de Haute-Corse
Le PRG Emile Zuccarelli, maire de Bastia, est en ballottage très défavorable face à l’UMP Sauveur Gandolfi-Scheit (44,48% des voix contre 33,49%). Il peut compter sur le report des voix communistes (6,29%) mais cela risque d’être très juste pour le célèbre politique corse.

2ème circonscription de Creuse
Le parachutage du chevènementiste Georges Sarre, maire du 11ème arrondissement de Paris, semble bien mal parti. Le candidat MRC, avec ses 29,84% des voix, aura beaucoup de mal à combler son retard. Son rival UMP, Jean Auclair, a recueilli 46,90% dès le premier tour.

16ème circonscription des Bouches-du-Rhône
Le président PS de la région PACA, Michel Vauzelle, est en difficulté pour regagner un siège déjà perdu en 2002. Avec 32,39% des voix, il est devancé par le maire UMP des Saintes-Maries-de-la-Mer, Roland Chassain (39,41%). Le candidat de gauche peut compter sur les 7,21% du PCF. Mais cela ne devrait pas suffire, d’autant que le FN pèse 6,61%.

6e circonscription du Pas-de-Calais
Jack Lang (39,53%) est en ballottage à Boulogne-sur-mer. Son adversaire UMP, Frédéric Wacheux (33,17%) a fait un bon score, mais semble avoir fait le plein des voix de droite. Même le FN a reculé de 10,28% en 2002 à 5,19% au premier tour.

1ere circonscription de Corrèze
François Hollande est bien parti (44,38%) pour être réélu. Son challenger UMP Jean-Pierre Decaie n’a réuni que 34,48%. Le premier secrétaire du PS pourra en outre compter sur le report des voix communistes (7,05%). En 2002, il n’était arrivé qu’en deuxième position avant de l’emporter.

10ème circonscription de l’Essonne
Le lieutenant ségoliste Julien Dray est déstabilisé alors qu’il est en ballottage défavorable face à l’UMP Laurence Gaudin (36,12% contre 32,86%). Il devrait néanmoins pouvoir compter sur les 10,12% du PCF, d’autant que son candidat, Patrick Bardon, a appelé «sans ambiguïté» à voter pour le socialiste.

2ème circonscription de Seine-Saint-Denis
Le communiste Patrick Braouezec devrait garder sa circonscription sans souci alors qu’avec 32,72%, il mène la course devant l’UMP Evelyne Nicol (22,63%). Les électeurs socialistes (20,37%) devraient l’aider.

3ème circonscription des Bouches-du-Rhône
Autre ségoliste en mauvais posture, Patrick Mennucci, à Marseille, est devancé significativement par l’UMP Jean Roatta (29,30% contre 40,76%). Dur de combler le retard avec un MoDem à 7,33%, un FN à 6,41% et un PCF à 4,12%.

2ème circonscription des Deux-Sèvres
La socialiste Delphine Batho est plutôt bien partie pour remplacer Ségolène Royal qui ne se représente pas. Avec 44,55% des voix, elle devance de près de 10 points son concurrent UMP, Jean-Pierre Griffault. Elle est actuellement la seule proche de la candidate socialiste à la présidentielle à être en bonne position pour être élue.

1ere circonscription de la Somme
Si Maxime Gremetz (21,06%), parti à la bataille en dissident, arrive à faire le plein des voix de gauche, il ne devrait faire qu’une bouchée du candidat PSLE Jean-Yves Bourgeois (25,83%). La candidate socialiste Farida Andasmas est arrivée en troisième position (15,72%) et le PCF officiel Jean-Claude Renaux quatrième (11,61%). Problème, la personnalité haut en couleur du truculent député communiste agace.

7ème circonscription du Rhône
Le député socialiste sortant et président de la région Rhône-Alpes, Jean-Jack Queyranne, est en ballottage défavorable contre l’UMP Jean-François Debiol (33,83% contre 39,05%). L’ancien ministre doit croiser les doigts pour récupérer les voix du MoDem (6,70). Mais même dans ce cas, la partie sera difficile.

1ère circonscription de l’Indre
Le président de la région Centre, le socialiste Michel Sapin, est en mauvaise posture face à l’UMP sortant, Jean-Yves Hugon (31,71% contre 41,15%). Il devait bénéficier des 7,58% du dissident PS Jean-Paul Thibault mais cela sera quand même difficile pour lui.

3e circonscription de la Somme
Battu en 2002, Vincent Peillon (29,56%), ancien porte-parole de Ségolène Royal, est en ballottage très défavorable face au député sortant UMP Jérôme Bignon (40,65%). Il devrait néanmoins pouvoir compter sur les voix communistes (9,82%) pour refaire son retard.


A suivre aussi

Les duels les plus serrés

Les ministres en course

Le MoDem en arbitre?

Les ténors de droite

Des bastions en danger


Donnez votre avis sur les législatives en cliquant ici...