Tour de France des têtes qui pourraient tomber

©2007 20 minutes

— 

En fin d'après-midi, les principaux ténors politiques avaient accompli leur devoir électoral dans leurs fiefs respectifs: Le Premier ministre François Fillon à Solesmes (Sarthe), Ségolène Royal à Melle (Deux-Sèvres), Valéry Giscard d'Estaing à Chanonat (Puy-de-Dôme).
En fin d'après-midi, les principaux ténors politiques avaient accompli leur devoir électoral dans leurs fiefs respectifs: Le Premier ministre François Fillon à Solesmes (Sarthe), Ségolène Royal à Melle (Deux-Sèvres), Valéry Giscard d'Estaing à Chanonat (Puy-de-Dôme). — Pierre Andrieu AFP

Cent dix candidats ont été élus au premier tour. Parmi, les 467 députés restant à élire, certaines têtes d'affiche ne sont pas assurées de faire leur entrée au Palais-Bourbon.

· Alain Juppé Largement élu en 1997 et 2003 en Gironde, c'est le seul candidat-ministre en difficulté. Bordeaux avait placé Ségolène Royal en tête à la présidentielle et sa réserve de voix est mince, malgré une belle avance sur la candidate du PS Michèle Delaunay : 43,73 %, contre 31,36 % au premier tour. Le total des voix de gauche, insuffisant à 43,69 %, devrait lui assurer la victoire.

… A venir sur 20minutes.fr, les autres points chauds du second tour…

· Arno Klarsfeld Dans une circonscription parisienne (la 8e) à droite depuis toujours, mais où la gauche grignote son retard, l'avocat est arrivé en tête pour l'UMP (35,76 %), devant la socialiste Sandrine Mazetier (33,54 %). Cette dernière bénéficie depuis hier du soutien d'un membre du conseil national du MoDem, Jérôme Hébert, qui a appelé à voter pour elle.

· Marie-George Buffet A l'image de l'ensemble du PC, sa secrétaire nationale limite la casse en Seine-Saint-Denis. Elle a recueilli 32,26 % des suffrages au premier tour, contre 34,35 % pour l'UMP Thierry Meignen. Mais elle dispose de plus de réserves de voix, grâce notamment aux 15,55 % du PS.

· Dominique Strauss-Kahn Ce ténor du PS est mis en difficulté dans le Val-d'Oise par une nouvelle venue, Sylvie Noachovitch, avocate connue du grand public via TF1. Seules 90 voix les séparaient au premier tour, mais la candidate UMP a l'avantage : 37,37% contre 37%.

· Jean-Pierre Chevènement Le maire de Belfort n'a que peu de chances de retrouver son siège de député perdu en 2002 : il est arrivé loin derrière le candidat UMP Michel Zumkeller au premier tour, avec seulement 26,03% contre 43,15%.

· François Bayrou Si la partie a été facile en 2002, elle s'annonçait cette fois serrée pour le patron du MoDem dans les Pyrénées-Atlantiques. En tête au premier tour avec 37,25% des voix, il devait affronter dans une triangulaire la socialiste Marie-Pierre Cabanne (23,32%) et l'UMP Jean-Pierre Mariné (25,92%). Ce dernier s'étant retiré sur ordre de son parti, Bayrou devrait être réélu.