La victoire ou le triomphe pour l'UMP

©2007 20 minutes

— 

Pas de suspense, mais des enjeux. Si la victoire de l'UMP au second tour des législatives ne fait aucun doute, ses résultats seront intéressants à observer. Tour d'horizon des conséquences probables des élections.

· Vers une assemblée bipartite Seuls l'UMP et le PS pèseront sur la prochaine Assemblée. L'UMP devrait obtenir entre 380 et 400 sièges (contre 359 entre 2002), selon les calculs de Vincent Tiberj, chercheur à Sciences-Po. Le PS pourrait maintenir son score de 2002 (149 élus). Bref, comme le résume Vincent Tiberj, « on va vers un bipartisme à la Laurel et Hardy. Avec un tout gros et un tout maigre ».

· La participation Historiquement faible au premier tour (61,5 %), elle devrait rester mauvaise, faute de suspense dans plusieurs dizaines de circonscriptions. Avec un risque : en boudant encore plus les législatives que les régionales, les Français pourraient en faire des élections de second ordre, et entamer ainsi la légitimité de l'Assemblée.

· La catastrophe pour le MoDem, la résistance pour le PC Le Mouvement démocratique devrait souffrir d'un résultat catastrophique. Seul le fauteuil de son leader, en Pyrénées-Atlantiques, pourrait être sauvé. « François Bayrou voulait être roi de France, il sera roi de Navarre », lance Vincent Tiberj. Le Parti communiste ne gardera probablement pas les 20 sièges requis pour conserver un groupe à l'Assemblée, mais il devrait obtenir une dizaine de députés. Et sauver ainsi les meubles.

conneries Le Canard enchaîné prête ce trait à Sarkozy : «Quand on fait élire plus de 400 députés, une partie ne devrait pas être là. La boîte à conneries risque de s'ouvrir, ce ne sera pas simple à gérer.»