Le condamné se suicide aux assises

©2007 20 minutes

— 

Un homme de 68 ans s'est suicidé avec une arme à feu en pleine cour d'assises de l'Aisne, à Laon, dans la nuit de mercredi à jeudi. Il venait d'être condamné à douze ans de réclusion criminelle pour viols sur mineure. Ce drame intervient après la polémique sur la sécurité dans les tribunaux, née la semaine dernière après l'agression au couteau d'un magistrat à Metz.

Le retraité, un ancien steward, comparaissait libre et à huis clos depuis lundi devant les assises de l'Aisne, pour viols et agressions sexuelles sur sa fille aujourd'hui âgée de 19 ans. Les faits remontaient au début des années 2000. Ce passionné d'armes anciennes avait déjà effectué dix-huit mois de détention provisoire. Il avait également été condamné il y a quelques mois aux Etats-Unis à de la prison avec sursis pour « détention illégale d'armes de collection ». En 1994, il avait perdu son emploi pour avoir introduit une arme sur un vol transatlantique.

C'est « à la seconde même de l'énoncé du verdict » que l'accusé, jusque-là serein, a sans dire un mot ouvert une sacoche posée à ses pieds. Il en a sorti une arme puis s'est tiré une balle en plein coeur, a raconté son avocat. Les jurés, magistrats et avocats étaient tous liquéfiés, complètement stupéfaits, a-t-il précisé. Une cellule de soutien psychologique a été mise en place hier. Une enquête judiciaire a été confiée à la police judiciaire de Lille. On compte pas moins de sept précédents de suicides ou tentatives de suicide dans les tribunaux français depuis 2003.