La « diversité » passe mal dans les urnes

©2007 20 minutes

— 

Les candidats issus des minorités dites « visibles » auront du mal à conquérir des sièges de députés. Najat Vallaud-Belkacem (PS) a peu de chances de l'emporter à Lyon face à Dominique Perben, tout comme Khalida Sellali (UMP) à Lille. Pire, en Charente, Malek Boutih (PS) n'a pas été qualifié au second tour. « Soyons francs. Les Français ne sont pas tout à fait prêts à voter pour des candidats qu'ils considèrent venant d'ailleurs », a déclaré mardi Azouz Begag, candidat du MoDem à Lyon et éliminé dès le premier tour. Seule l'Antillaise George Pau-Langevin (PS) a de grandes chances de l'emporter dans la 20e circonscription de Paris le 17 juin.

Corse Le succès de certains candidats UMP pourrait affaiblir certains « clans » politiques en Haute-Corse, un fief du Parti radical de gauche (PRG) dominé depuis plusieurs générations par les familles Zuccarelli et Giacobbi.